in ,

Amazonie : une photo de la NASA révèle la présence de « rivières d’or » dans la forêt !

Il y a quelques semaines, l’Agence Spatiale des États-Unis (NASA) publiait un surprenant cliché pris depuis l’Espace. Ces images montraient la présence de « rivières d’or », de magnifiques cicatrices dorées traversant la forêt amazonienne. En revanche, ceci n’est pas une bonne nouvelle pour la population locale et l’environnement.

Un cliché surprenant

Le 24 décembre 2020, la NASA publiait et expliquait une photographie impressionnante. Celle-ci, prise au-dessus de l’Amazonie péruvienne révèle la présence de « rivières d’or » en pleine forêt. Outre la beauté de ces énormes cicatrices brillantes, ces dernières témoignent malheureusement d’une situation peu reluisante. En effet, il est question de l’extraction illégale mais surtout destructrice de l’or en Amazonie. En réalité, il ne s’agit pas de rivières d’or mais de fosses creusées par les orpailleurs illégaux.

Plus précisément, les clichés concernent la région de Madre de Dios, au sud-est du Pérou. Habituellement, ce genre d’activité se passe à l’abri des regards grâce à la présence constante d’une couverture nuageuse. Toutefois, une éclaircie momentanée a permis de révéler la présence des fosses en réfléchissant l’eau stagnante qui y est présente. Par chance, un astronaute de la Station spatiale internationale (ISS) a saisi cette rare occasion pour immortaliser le phénomène.

photo NASA or pérou
Crédits : NASA

Une situation déplorable

Le fait est que l’or provenant de Madre de Dios est au cœur d’une situation peu glorieuse. Pas moins de 90 % de l’or récolté dans cette région en 2016 était issu de mines artisanales ou illégales, comme l’indiquait CNN dans un article du 11 février 2021. Or, les conséquences touchent à la fois les populations locales et la biodiversité de la région. Avec la hausse du cours du métal précieux, les personnes démunies se sont trouvées au cœur d’une véritable ruée vers l’or. Malheureusement, ces dernières utilisent du mercure pour extraire l’or, si bien que cette substance toxique finit sa course dans les rivières et empoisonne les populations locales.

Dans un rapport de 2013 (PDF en anglais/2 pages) des chercheurs de l’Université Carnegie-Mellon (États-Unis) évoquaient les populations de poisson de la ville de Porto Maldonado (Madre de Dios). Selon les résultats de leur étude, 9 des 15 espèces de poissons les plus consommés par les habitants avaient des taux de mercure dépassant les taux réglementaires. Sans surprise, environ 80 % des habitants de la ville avaient des taux alarmants de mercure dans leur organisme.

L’orpaillage est une véritable catastrophe dans plusieurs zones de l’Amazonie, et représente même parfois la principale cause de déforestation. Selon le Monitoring of the Andean Amazon Project, l’Amazonie péruvienne avait perdu 9 280 hectares de forêt en 2018, soit l’équivalent de 13 000 terrains de football.