in

Amazonie : la forêt déclenche elle-même sa saison des pluies

Crédits : Wikimedia Commons

Des scientifiques américains ont trouvé pourquoi la mousson intervient chaque année environ deux mois plus tôt qu’ailleurs dans le monde. En réalité, la forêt déclenche elle-même le processus ! Comment cela est-ce possible ?

Une équipe de climatologues de l’Université de Californie à San Diego (États-Unis) a trouvé la réponse à une question en suspend depuis une vingtaine d’années. Comme le stipule l’étude parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) le 8 août 2017, les chercheurs ont déterminé la cause de l’arrivée prématurée de la mousson en Amazonie en comparaison avec les autres zones du globe assujetties à ce type de phénomène.

En Amazonie, la saison des pluies est décalée de deux ou trois mois par rapport aux phénomènes climatiques habituels annonçant la saison humide comme dans le sous-continent indien, tels que les migrations des zones d’accumulation des masses d’air ainsi que l’inversement du gradient de température à la surface entre la terre ferme et les océans. Il s’avère qu’en Amazonie, l’évapotranspiration de la forêt tout entière parvient à créer un phénomène s’apparentant à une véritable mousson !

« L’augmentation de ce mécanisme physiologique vers la fin de la période sèche accroît l’humidité dans l’atmosphère qui accentue à son tour la fréquence des précipitations. Les averses produisent de l’énergie à travers la condensation de la vapeur entraînant ainsi la circulation de la mousson. Ceci accroît l’apport d’humidité à la forêt et alimente les pluies. C’est ce processus qui provoque le début de la mousson »,
explique Rong Fu, enseignante en sciences atmosphérique et océanique ayant contribué à l’étude.

Malheureusement, chacun sait que la déforestation suit son cours à une cadence élevée et la diminution du nombre d’arbres met en péril ce phénomène vital. En effet, l’évapotranspiration a tendance à se réduire et entraîne donc par extension une diminution des apports en eau en provenance de l’atmosphère. La saison sèche a tendance à durer plus longtemps et il s’avère que les forêts humides ne peuvent pas survire en cas de sécheresses qui se poursuivent de manière excessive dans le temps.

Sources : Sciences & VieSpace Ref

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.