in

Amazonie : d’anciens FARC lancent une “guérilla” contre la déforestation !

Crédits : iStock

Depuis maintenant trois ans, les FARC ont signé un accord de paix avec le gouvernement colombien après des décennies de conflit. Cependant, certains anciens guérilleros se remobilisent depuis peu afin de préserver la forêt en danger.

Des “guerriers de l’environnement”

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) représentaient la principale guérilla communiste impliquée dans le conflit armé colombien, ayant débuté dans les années 1960. Cette période de conflit s’est soldée par un accord de paix en 2016 mais certains anciens FARC ont trouvé un autre combat à mener. Comme l’indique la BBC dans une publication du 21 août 2019, d’anciens FARC ont décidé de se remobiliser pour la cause environnementale.

La chaîne britannique a interrogé Albeiro Suarez, ayant passé presque trois décennies à se battre aux côtés des FARC. Ce dernier a expliqué que l’exploitation illégale de la foret a explosé après la signature de l’accord de paix. Selon les chiffres officiels, celle-ci aurait plus que doublé en à peine trois ans ! Dans la région d’Uribe, Albeiro Suarez vit dans la jungle amazonienne avec une centaine d’autres ex-FARC ainsi que leur famille. L’objectif ? Surveiller et protéger la forêt.

D’anciens FARC actifs de 1964 à 2016 ont décidé de se remobiliser afin de protéger la foret !
Crédits : Wikipedia

Une mobilisation sérieuse

Albeiro Suarez a expliqué que la mobilisation ne concernait pas seulement la présence d’anciens combattants. En effet, chaque activité illégale est dénoncée et les militants participent à des activités destinées à réhabiliter la foret. En effet, des campagnes de reforestation sont régulièrement organisées. Le porte-parole de ce nouveau mouvement a également fait part de son rêve. Ce dernier espère qu’un jour, la région d’Uribe soit à même de développer l’éco-tourisme. La perspective de créer une coopérative sociale permettant à la population de participer activement à la protection de la forêt serait très appréciable selon lui.

Cette information fait écho à la catastrophe touchant actuellement l’Amazonie du côté brésilien. Depuis plusieurs semaines, de très nombreux incendies ravagent la forêt. Pas moins de 2 500 nouveaux départs de feu ont été recensés ces derniers jours par l’Institut national de recherche spatiale (INPE). Le président brésilien Jair Bolsonaro, à qui l’on impute la responsabilité d’une telle situation, vient d’autoriser l’armée à se mobiliser pour combattre les incendies.

Articles liés :

L’Amazonie pourrait avoir dépassé le point de non-retour…

Les émissions de CO2 dues aux incendies en Amazonie seraient jusqu’à 4 fois plus importantes que ce que l’on pensait

Amazonie : L’équivalent “d’un million de terrains de football” perdus en un an