in

Amazon obligé de payer son concurrent SpaceX pour lancer ses propres satellites

Amazon SpaceX
Carénage de charge utile contenant une paire de prototypes de satellites du projet Kuiper. Crédits : Amazon

Amazon est confronté à des retards dans le déploiement de ses satellites Internet au point de l’inciter à former un partenariat inattendu avec son rival SpaceX. Amazon vient en effet de payer trois lancements afin de placer ses satellites du projet Kuiper en orbite terrestre basse. Ces lancements, qui devraient débuter mi-2025, seront effectués à l’aide de la fidèle fusée Falcon 9 de SpaceX.

Deux constellations concurrentes

Starlink, un projet d’entreprise spatiale appartenant à SpaceX, fondée par Elon Musk, vise à révolutionner l’accès à Internet dans le monde entier grâce à une constellation de satellites en orbite basse autour de la Terre. Lancé en 2018, Starlink a pour objectif de fournir une connectivité Internet à haut débit, fiable et accessible, en particulier dans les régions éloignées et mal desservies. La constellation Starlink compte aujourd’hui plus de 5 000 satellites opérationnels, avec des plans ambitieux d’expansion.

Amazon Kuiper, une initiative d’Amazon, représente une autre entreprise ambitieuse cherchant à étendre l’accès à Internet à l’échelle mondiale. Annoncé en 2019, le projet Kuiper envisage le déploiement d’un peu plus de 3 000 satellites. Amazon a déjà lancé deux prototypes de satellites, KuiperSat-1 et KuiperSat-2, sur une fusée ULA Atlas V le 6 octobre 2023. Ces satellites fonctionnent avec succès en orbite, ouvrant la voie à un déploiement à grande échelle à partir du premier semestre 2024.

Bien que des détails spécifiques sur la disponibilité commerciale et les coûts ne soient pas encore entièrement définis, le projet Kuiper d’Amazon se présente ainsi comme un concurrent au programme Starlink.

Starlink Musk Gaza Israël amazon
Crédits : AdrianHancu/istock

SpaceX à la rescousse

A priori, il n’était donc pas question de collaborer, d’autant que les patrons d’Amazon et de SpaceX ne sont pas vraiment connus pour s’entendre.

Malheureusement pour Amazon, la fusée Blue Glenn développée par Blue Origin, une autre société de Jeff Bezos, n’est pas encore prête à voler. Son vol inaugural est prévu pour l’année prochaine. Pour faciliter le déploiement de ses satellites, Amazon a également réservé d’autres lancements auprès de divers fournisseurs, dont Arianespace et United Launch Alliance. Cependant, là encore, les fusées concernées ne sont pas encore éprouvées. Et quand bien même elles le seraient, leur cahier des charges est déjà bien rempli.

Dans le même temps, Amazon est sous la pression d’un mandat de la Federal Communications Commission. L’ordonnance d’autorisation de la FCC de 2020 oblige en effet la société à lancer la moitié de ses 3 236 satellites du projet Kuiper d’ici 2026 et le reste d’ici 2029 pour conserver sa licence.

Autrement dit, Amazon, en manque de lanceurs lourds et pressée par le calendrier, devait trouver une solution pour lancer quelques-uns de ses satellites en orbite. Contre toute attente, la société s’est récemment tournée vers la Falcon 9 de SpaceX, seule fusée sur le marché capable d’atteindre ces objectifs. Trois lancements sont d’ores et déjà prévu pour 2025.