Sommes-nous allergiques au monde moderne ?

allergie
Crédits : dragana991 / iStock

Le rhume des foins et les allergies en tout genre concernent de plus en plus de personnes. Pourquoi ce phénomène est-il en augmentation ? En réalité, cela peut s’expliquer par plusieurs raisons et il est possible de dire que les humains sont aujourd’hui allergiques au monde moderne.

Une hausse des allergies dans les pays industrialisés

En avril 2023, le Ministère de la Santé français affirmait dans une publication qu’aujourd’hui, 20 % des enfants de plus de 9 ans et 30 % des adultes sont allergiques aux pollens. Pour les autorités, il s’agit là d’un véritable enjeu de santé publique au regard du nombre de personnes concernées. Par ailleurs, ces chiffres en augmentation concernent surtout les pays et régions industrialisés. Le rhume des foins (ou rhinite saisonnière) concerne ainsi une personne sur cinq au Québec (Canada) et plus de 80 millions de personnes aux États-Unis.

Les allergies alimentaires sont également en hausse, toujours dans le les pays industrialisés. Aujourd’hui, ce type d’allergie touche pas moins de 7 % des enfants au Royaume-Uni, 9 % des enfants en Australie et environ 2 % des adultes européens. À titre d’exemple, le nombre d’allergies aux arachides a été multiplié par cinq au Royaume-Uni entre 1995 et 2016. Certaines maladies chroniques telles que l’asthme, souvent provoquée par des allergènes, ont également tendance à gagner du terrain. Aujourd’hui, plus de 250 millions de personnes sont concernées à l’échelle mondiale. Mais comment expliquer ces augmentations ?

asthme
Crédits : dragana991 / iStock

Différentes raisons peuvent expliquer ce phénomène

Le monde change et ce n’est pas sans conséquence sur le système immunitaire. La médecin-anthropologue Theresa MacPhail souligne en effet dans son ouvrage Allergic : How Our Immune System Reacts to a Changing World (2023) une évolution des réactions allergiques. Désormais, ces mêmes réactions aident également les organismes humains à expulser les substances cancérigènes ainsi que les toxines.

Citons également l’anxiété et le stress qui poussent certaines hormones à formuler des réponses comparables à celles de cellules responsables d’allergies. De plus, le réchauffement climatique à l’origine d’un allongement de la saison des pollens est également en cause. Parmi les explications possibles, nous retrouvons également la nature du mode de vie dit « à l’occidentale ». Rappelons à ce titre que les taux d’allergies sont moins élevés dans les pays en développement.

La communauté scientifique n’arrive pour autant pas à un consensus concernant ces sujets. Il faut dire que la définition même de ce qu’est une allergie fait encore aujourd’hui débat. En attendant, le monde moderne semble rendre les humains plus vulnérables, et ce, malgré des progrès toujours constants en médecine qui permettent heureusement de soigner les malades.