in

Des algorithmes peuvent déterminer votre genre en analysant votre façon de taper au clavier

Crédits : Wikimedia Commons

Des chercheurs grecs ont mis au point un logiciel qui détecte avec 95 % de précision votre sexe, en fonction de la manière dont vous frappez les touches sur votre clavier.

Et si votre clavier pouvait reconnaître votre sexe ? C’est en tout cas le but des recherches menées par des scientifiques de l’Université de Thrace (Grèce). Ces chercheurs en ingénierie informatique ont mené une étude parue dans la revue Digital Investigation le 5 février 2018.

Les scientifiques ont réuni 75 volontaires (36 hommes et 39 femmes) et ont enregistré leurs habitudes de frappe dans leur quotidien durant presque une année. Les données brutes ont été traitées par leur programme nommé IsqueezeU, le but étant d’évaluer pertinemment différents marqueurs potentiels de genre. Parmi ces marqueurs se trouvent le temps de pression des touches ou encore le temps séparant la frappe de chaque touche.

Selon IsqueezeU, certaines caractéristiques sont plus pertinentes que d’autres. Citons par exemple le temps moyen pour passer du N au O, ou encore celui séparant le M du O. Si le programme n’est pas capable de dire si les hommes ou les femmes pressent ces touches plus vite ou plus souvent, celui-ci peut indiquer qu’il existe une différence notable entre les sexes. C’est notamment le cas en ce qui concerne la vitesse et la fréquence de l’utilisation du clavier.

Pour identifier le sexe de la personne frappant sur le clavier, les données ont été intégrées dans cinq algorithmes. Le moins performant affiche un taux de réussite de 78 % et le plus efficace est de  95,6 %. Mais quel serait le but d’une telle technologie ?

En réalité, les chercheurs estiment qu’il sera à terme possible d’identifier sur Internet les auteurs de harcèlement ou d’usurpation d’identité. Par ailleurs, les scientifiques désirent augmenter la fiabilité de leurs algorithmes lors d’autres expériences en y intégrant notamment d’autres notions telles que la latéralité manuelle ou encore le niveau d’étude de leurs cobayes.

Sources : Science MagSlate