in

L’alcool n’est pas bon pour les personnes de moins de 40 ans

Crédits : Max Pixel

Une étude d’ampleur permet d’affirmer que les jeunes ne devraient pas boire d’alcool du tout. Selon les chercheurs, les conséquences de cette consommation seraient en effet désastreuses. En revanche, en consommer en faible quantité après 40 ans peut avoir des effets bénéfiques pour la santé.

Une question d’âge et de modération

Associée à différents cancers (sein, foie, côlon, rectum, œsophage, etc.), la consommation d’alcool a été à l’origine de plus de 700 000 cas dans le monde en 2020. Une étude publiée le 16 juillet 2022 dans la revue The Lancet met principalement en garde les jeunes. Ces derniers ne devraient pas boire une goutte d’alcool. Selon Emmanuela Gakidou, de l’Université de l’état de Washington (États-Unis) et principale auteure de l’étude, la consommation d’alcool est en effet  désastreuse pour eux. Toutefois, une consommation raisonnable pourrait avoir des effets positifs sur la santé chez les adultes de plus de 40 ans.

Les quadragénaires qui n’ont aucun problème de santé peuvent donc boire un verre d’alcool de manière occasionnelle. L’étude précise que cette pratique présenterait même certains avantages. Citons par exemple une réduction des risques de cardiopathie ischémique, de diabète ou encore d’accident vasculaire cérébral. Néanmoins, afin de bénéficier de ces bienfaits, il convient de maintenir une consommation basse, soit en moyenne 1,87 verre par jour.

« Notre message est simple : les jeunes ne devraient pas boire, mais les personnes âgées peuvent bénéficier de petites quantités d’alcool », a déclaré Emmanuela Gakidou dans un article du quotidien britannique The Guardian.

alcool verre
Crédits : Pxhere

Une tolérance plus élevée chez les femmes

Les travaux d’Emmanuela Gakidou ont permis de conclure que 59 % des personnes pour qui l’alcool représente un véritable danger ont un âge compris entre 15 et 39 ans. Chez ces personnes, l’alcool ne serait pas bénéfique pour la santé et serait surtout au cœur de situations à risque, voire mortelles. Les scientifiques évoquent notamment les blessures, les accidents de la route, les meurtres ainsi que les suicides.

Les chercheurs de l’étude ont fait une autre découverte notable. En effet, 75 % des jeunes voyant leur santé impactée négativement par l’alcool sont des hommes. Ainsi, le seuil de risque à ne pas dépasser dans le cadre d’une consommation d’alcool serait différent selon le genre. Chez les hommes de moins de 40 ans, il est question d’une limite à 0,136 verre par jour contre 0,273 pour les femmes du même âge. Pour Emmanuela Gakidou, les conclusions de ces travaux devraient servir aux gens à prendre de bonnes décisions. Toutefois, elle ne se fait pas d’illusions : les jeunes ne vont pas changer leur comportement du jour au lendemain.