in

Airbus teste un gant robotique pour donner plus de force à ses employés

Crédits : Capture vidéo

Le célèbre constructeur aéronautique européen va tester la création d’une start-up suédoise : un gant destiné à donner plus de force aux travailleurs lors de leurs manipulations. Ainsi est né le RoboGlove qui intéresse également le géant américain de l’automobile, General Motors.

La jeune start-up Bioservo basée à Kista, la « Silicon Valley suédoise », a vu son invention intéresser deux géants de la construction automobile et aéronautique : General Motors et Airbus. Son PDG, Tomas Ward, déclarait : « GM cherchait un partenaire pour développer et perfectionner le RoboGlove, le gant robotique que le groupe automobile avait conçu avec la Nasa. »

Le RoboGlove utilise la technologie Soft Extra Muscle développée par Bioservo. Il est équipé d’une batterie lithium-ion de la taille d’un smartphone reliée à des capteurs en polymère. Il s’agit ici d’amplifier la force de la main lorsque celle-ci saisit un objet. Bioservo (déjà connue pour ses précédents gants pensés pour une utilisation en milieu médical) est confiant pour l’avenir. La start-up nordiste indique être la seule a développer un gant de ce type pour l’industrie.

Airbus qui avait déclaré en février 2016 avoir lancé un programme de recherche pour le développement de robots humanoïdes manufacturiers, s’est également montré intéressé par le RoboGlove et a « passé un contrat avec Bioservo Technologies en juin 2016, pour la fourniture de prototypes à des fins de tests dans un environnement industriel de construction aéronautique. »

Bioservo, une start-up à taille humaine (15 employés), devrait commencer à fabriquer des RoboGlove pour ses deux importants clients dés la fin de l’année 2017. Dans un premier temps, la production sera réduite et le prix du gant sera moins élevé que ceux destinés à l’usage médical (4000 euros).

Alors que le report de l’âge de la retraite en Europe semble effectif, cette technologie ouvre un nouveau marché prometteur. Si les travailleurs doivent continuer leur activité plus longtemps, autant qu’ils le fassent dans les meilleures conditions !

Sources : Les ÉchosIndustrie & Technologies