in

Airbus va construire trois autres modules de mission lunaire

capsule orio sls nasa artemis
Vision d'artiste du vaisseau Orion Artemis I et de son module de service conçu par l'ESA. Crédits : NASA

L’agence spatiale européenne a confié à Airbus Defence and Space la construction de trois autres modules de service européens (ESM) visant à ramener des humains vers la Lune. Le nouveau contrat s’ajoute aux trois ESM déjà en production.

Le module de service européen, c’est la contribution de l’ESA au vaisseau spatial Orion de la NASA, chargé d’envoyer des astronautes vers la Lune dans le cadre du programme Artemis. Concrètement, ce module cylindrique long de quatre mètres de diamètre et de hauteur fournira de l’électricité, de l’eau, de l’oxygène et de l’azote au module d’équipage. Les radiateurs et les échangeurs de chaleur maintiendront aussi les astronautes et l’équipement à une température confortable.

C’est également lui qui assurera l’insertion en orbite lunaire, les manœuvres de rendez-vous avec le module d’alunissage HLS (Human Landing System) puis avec son module de remontée. Enfin, il sera chargé de « réinjecter » le vaisseau Orion sur sa trajectoire de retour vers la Terre.

Pour ce faire, chaque ESM sera doté de quatre panneaux solaires s’étendant sur dix-neuf mètres de long une fois déployés. Plus de huit tonnes de carburant seront aussi disponibles pour alimenter son moteur principal, ainsi que trente-deux ​​petits propulseurs permettant au vaisseau de se diriger dans toutes les directions.

Bref, vous l’avez compris, le module de service européens (ESM) est une pièce maîtresse du programme Artemis. Or, chaque ESM est construit par la société Airbus Defence and Space. De nombreuses autres entreprises dans toute l’Europe participent également en fournissant à Airbus des composants.

Trois nouveaux modules commandés

Trois autres modules de services européens avaient déjà été commandés par la NASA. Le premier ESM est au Centre spatial Kennedy, en Floride, en préparation pour le vol d’essai Artemis I. Au cours de cette mission, prévue en novembre, le vaisseau Orion (sans équipage) fera le tour de la Lune avant de revenir vers la Terre.

Le second ESM fera voler des astronautes autour de la Lune un an plus tard dans le cadre de la mission Artemis II.

Enfin, le troisième ESM transportera les astronautes dans le cadre de la mission Artemis III qui prévoit le retour des humains sur la surface lunaire. Celle-ci est toujours prévue en 2024, même si, on ne va pas se mentir, il y a de grandes chances pour qu’elle soit repoussée.

modules lunaires lune airbus
Un ESM construit par Airbus. Crédits : Frank Thomas Koch / Airbus

Il y a quelques jours, l’agence spatiale européenne a confié à Airbus Defence and Space la construction de trois autres de ces modules. Les ESM annoncés cette semaine seront utilisés sur les missions Artemis IV à VI. Si tout se passe comme prévu, ces modules transporteront les astronautes sélectionnés vers la future station spatiale en orbite lunaire.

Pour rappel, à terme, c’est à partir de cette « passerelle » que les astronautes se rendront sur le sol lunaire. L’idée serait de pouvoir s’appuyer sur elle pendant quelques années (quinze ans ou plus), le temps de pouvoir construire une infrastructure plus durable directement en surface. D’ailleurs, il est aussi prévu que l’ESA construise aussi le principal module d’habitation de cette station.