in

Afrique du Sud : des abeilles déciment une soixantaine de manchots

Crédits : Diego Delso / Wikipedia

Les manchots du Cap sont une espèce en voie d’extinction et malheureusement, ont récemment subi un coup dur. L’une des plus importantes colonies d’Afrique du Sud a perdu 65 individus. Ces manchots ont succombé à la suite de multiples piqûres d’abeilles, un incident qui ne s’est jamais produit dans la zone auparavant.

Une véritable hécatombe

D’une manière générale les manchots sont des animaux dont la situation actuelle n’est pas vraiment au beau fixe. En 2019, une étude indiquait que 85 % des manchots empereurs (Aptenodytes forsteri) pourraient s’éteindre avant la fin du siècle en raison de la crise climatique. Toutefois, d’autres espèces sont aussi en difficulté, comme c’est le cas des manchots du Cap (Spheniscus demersus). Vivant en Afrique du Sud et dans d’autres pays africains tels que le Congo, la Namibie ou encore le Mozambique, les manchots du Cap sont « en danger » sur la liste rouge de l’IUCN (PDF en anglais/1 page) – l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Or, cette espèce a récemment subi un coup dur, comme l’explique le quotidien sud-africain IOL dans un article du 20 septembre 2021. Située près de la petite ville de Simon’s Town, Boulders Beach abrite l’une des plus importantes colonies de manchots du Cap d’Afrique du Sud. Malheureusement, ce haut lieu d’observation de ces animaux a été le théâtre d’une véritable hécatombe entre les 16 et 17 septembre 2021. Pas moins de 65 manchots ont perdu la vie suite à l’attaque d’un essaim d’abeilles.

manchot du cap 2
Crédits : Sander Spek/Wikipedia

Une attaque très inhabituelle

La cause de la mort a été définie par le biais d’une autopsie pratiquée sur les cadavres, et ce à la demande des autorités sud-africaines responsables des parcs nationaux (SANParks). Il semble que les manchots n’aient eu aucune chance, car les scientifiques ont entre autres retrouvé des piqûres d’abeilles autour des yeux. Chaque individu a reçu environ une vingtaine de piqûres, synonyme d’une dose de toxine ayant certainement causé une défaillance massive des organes. En revanche, les chercheurs n’ont retrouvé aucune blessure externe. Par ailleurs, tous les manchots morts se trouvaient au même endroit, signe que les abeilles les ont tous attaqués en même temps.

En tout cas, il s’agit de la toute première fois qu’un tel événement se produit dans la zone. Selon les scientifiques, les fynbos – type de végétation caractéristique du sud de l’Afrique du Sud – font qu’habituellement, les manchots et les abeilles ne sont pas amenés à interagir. Les enquêteurs pensent que quelque chose de spécial s’est produit pour déclencher l’attaque des abeilles. Les investigations se poursuivent actuellement afin de détecter d’autres potentielles causes de décès, mais aussi en savoir davantage sur l’attaque des insectes.