in

L’aéroport de Nice veut lancer un service de taxis volants dès 2024

Crédits : Uber

Afin de faciliter les trajets entre l’aéroport de Nice et le centre-ville, des services de transport ayant recours à des taxis volants pourraient voir le jour dans à peine trois ans. Le projet ambitieux de cet aéroport français devrait se dérouler avec la collaboration de plusieurs aéroports italiens.

Un projet nécessitant des installations spécifiques

Les taxis volants devraient devenir une réalité en France, et ce, dans un futur plus ou moins proche. En 2018, Uber annonçait déjà la mise en place d’un centre de recherche sur les taxis volants dans notre pays. Citons également la start-up française Avionéo qui travaille actuellement sur un concept d’avion à décollage et atterrissage vertical à hydrogène, considéré comme étant le carburant du futur.

L’arrivée des taxis volants en France semble toutefois se préciser depuis peu, comme l’explique un communiqué du 25 octobre 2021 publié sur le site officiel de l’aéroport de Nice. Dans cette publication, il est question d’accélérer le développement de services de transport utilisant des avions électriques à décollage et atterrissage vertical (e-VTOL). Ce projet fait d’ailleurs l’objet d’un partenariat avec les aéroports de Rome, Bologne et Venise en Italie.

Le projet prenant le nom de Urban Blue nécessite la mise en place d’infrastructures spécifiques aux VTOL, à savoir des vertiports. Ces installations sont en effet indispensables à l’utilisation de ce moyen de transport.

gratte ciel taxi volant
Crédits : MVRDV

Une solution à un problème précis

Ces aéroports ont lancé ce projet en réponse à la problématique suivante : les villes sont constamment encombrées en raison du trafic au sol. Ainsi, les VTOL pourraient permettre de rallier plus rapidement les centres-villes depuis les aéroports, un trajet prenant habituellement 45 minutes en moyenne. Évoquons également le fait que les acteurs de ce projet avaient déjà scellé un partenariat avec Volocopter. Cette société allemande concevant des VTOL a été la première du genre à recevoir l’aval des autorités de l’Union européenne en 2019.

Si le projet Urban Blue communique également sur sa volonté d’obtenir d’autres partenariats industriels, technologiques et financiers, il reste encore assez difficile de définir les contours de ce type de service de transport en association avec des aéroports. Néanmoins, il est possible d’imaginer qu’il s’agira dans un premier temps d’une expérience assez onéreuse s’adressant à une clientèle ayant de certains moyens financiers et désirant absolument gagner du temps.

Enfin, l’aéroport de Nice joue pour sa part sur sa propre géographie pour promotionner Urban Blue. Son climat est en effet plus favorable aux engins fonctionnant avec des batteries. Évoquons aussi sa topologie, à savoir un espace plat et côtier facilitant les manœuvres des VTOL.