in

Adopter une démarche différente aurait une réelle influence sur notre moral

Crédits : Unsplash / Pixabay

Ce n’est pas un secret, nos humeurs et notre état d’esprit influent sur notre démarche. Une mauvaise passe, être triste nous fait adopter une démarche lourde, pesante les épaules basses, tandis qu’un moral gonflé à bloc nous fait marcher de manière joviale, plus ouverte sur le monde. Mais cela est-il aussi vrai à l’inverse?

Publiée dans le Journal Of Behavior Therapy And Experimental Psychiatry, une étude menée par des chercheurs de l’Université du Queen’s démontre que ce processus se vérifie également dans le sens inverse. En effet, adopter volontairement une démarche gaie influerait significativement sur le moral de manière positive. À l’inverse, se refermer sur soi-même lorsque l’on marche privilégierait les pensées négatives.

L’étude a été réalisée sur 39 volontaires qui ne savaient pas vraiment sur quoi celle-ci portait. Il leur a été demandé de marcher sur des tapis roulants des deux manières. D’abord, ils ont adopté une démarche triste et négative, et durant cette marche, toute une liste de mots à la fois positifs et négatifs leur a été dictée avec la consigne d’en retenir le plus possible. Résultat, une grande majorité des mots retenus par les cobayes avaient une connotation négative. À l’inverse, lors de l’expérimentation de la marche dite « positive », le même processus a été suivi avec une majorité de mots positifs retenus.

Cette étude reposait sur la compréhension de la mémoire, à savoir si celle-ci peut être affectée par les humeurs. En prouvant qu’adopter une attitude positive avait un réel impact sur notre moral et surtout sur nos souvenirs, les chercheurs pensent avoir trouvé là un outil thérapeutique très fort pour pouvoir mieux travailler avec des patients dépressifs.

sources : journaldelascience, sciencedaily