in

Activité solaire : déjà trois éruptions en avril

Crédits : NASA/SDO

Nous ne sommes qu’au début du mois d’avril 2017 et bien que le Soleil se dirige vers une période de calme (le « minimum solaire »), trois éruptions ont déjà eu lieu entre les 2 et 3 avril derniers.

La sonde SDO (Solar Dynamics Observatory) est pointée en permanence vers le Soleil. C’est ainsi qu’elle a été témoin d’une forte activité au cours des derniers jours en filmant trois éruptions solaires survenues les 2 et 3 avril derniers. Pourtant, notre étoile se prépare à une période de « minimum solaire », une période de calme qui devrait intervenir en 2018 ou 2019 après une période de forte intensité en 2014 et 2015.

L’intensité de l’activité solaire fonctionne en effet par cycles de onze ans. Il y a une alternance entre périodes de calme et périodes d’éruptions intenses. Durant ces dernières, on observe un grand nombre de taches sombres à la surface de notre étoile qui sont en réalité des zones où le champ magnétique est très fort et la température moins élevée. Ces taches sont à l’origine des éruptions solaires.

NASA/SDO

Il existe quatre catégories d’éruptions solaires classifiées selon l’intensité de leur flux observé dans la bande des rayons X et mesuré en watts par mètre carré (W/m2). Ainsi, on trouve les éruptions de catégorie B, C, M et X, la catégorie X étant la plus intense. Un chiffre est associé à ces catégories pour chaque éruption, celui-ci apportant plus d’informations sur la puissance.

La sonde SDO a donc observé trois éruptions solaires au cours des derniers jours, des éruptions de catégorie M 5,3 et M 5,7 pour celles du 2 avril et M 5,8 pour celles du 3 avril.

Si l’on sait que ces éruptions peuvent parfois avoir des conséquences jusqu’à la Terre en perturbant les communications et GPS par le biais des satellites (à cause des éjections de matière coronale), ces trois dernières ne devraient pas avoir de telles conséquences à en croire le Centre de prévision de la météo spatiale de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA).

Source