in

Quand les guêpes sentent la banane, courrez !

Crédits : Capture vidéo

Les apiculteurs vous le diront : les abeilles ne forment qu’un face à un potentiel agresseur. Les abeilles, mais également les guêpes, se montrent agressives à cause d’une substance chimique spécifique : les phéromones. Une de ces phéromones sentirait même la banane.

Une vidéo (visible en fin d’article) a été récemment publiée par la chaîne Youtube Reactions, spécialiste de la vulgarisation et gérée par l’American Chemical Society. Les auteurs indiquent que les abeilles et les guêpes ont développé des techniques d’attaque en groupe face à un agresseur.

« Un pour tous, et tous pour un »

En effet, lorsqu’une abeille ou une guêpe est attaquée, celle-ci lance une alerte dont le but est de rameuter ses congénères se trouvant non loin. Ainsi, les « renforts » se mettent également à attaquer l’agresseur. Ces réactions sont déclenchées par les phéromones, qui se révèlent être de véritables messages façonnant les comportements au sein d’une colonie.

Les apiculteurs sont quant à eux capables de voir si un essaim (ou une ruche) est agressif. Il ne s’agit pas d’une blague, mais si une odeur similaire à la banane se dégage de l’habitat des abeilles, celles-ci sont disposées à piquer plus facilement et de façon plus virulente. Plus précisément, il s’agit d’une de ces phéromones relatives à la fonction d’alerte : l’acétate d’isopentyl, plus communément nommé « huile de banane ».

C’est pour cette raison que les professionnels de l’abeille enfument leurs ruches lorsque les habitantes sont agressives, dans le but de masquer les phéromones, et ainsi pouvoir entretenir les installations ou encore prélever le miel. Ainsi, les abeilles, ayant du mal à appréhender le signal d’alerte, sont difficilement capables de réagir violemment.

Voici donc la vidéo (en anglais) expliquant le phénomène :

Sources : Sciences et AvenirApiservices