Premier jour de pluie à Tianjin en Chine depuis les explosions de la semaine dernière, et la crainte des habitants et des secours que celle-ci provoque des réactions avec les produits chimiques déversés augmente, notamment à cause de l’apparition d’une mousse blanche sur la chaussée.

Si aucune explication n’est pour le moment avancée quant à la nature de cette mousse blanche apparue avec la pluie sur la chaussée, la population craint la contamination par des substances toxiques. Car selon les sources officielles, c’est environ 700 tonnes de cyanure de sodium — un produit chimique hautement toxique — qui étaient stockées dans l’entrepôt du port de Tianjin, touché par deux déflagrations mercredi 12 août, coûtant la vie à au moins 114 personnes.

La pluie présente en effet une menace dans ce type de cas, celle de faire réagir et diffuser largement dans l’environnement les produits toxiques, que ce soit dans l’air, sur le sol ou encore dans l’eau. De nombreuses photos de cette mousse blanche ont déjà été publiées sur les réseaux sociaux par les locaux, certains se plaignant même de brûlures ou de picotements au contact de cette mousse. Pour l’heure, personne ne peut affirmer s’il s’agit de la pollution ou des produits utilisés pour lutter contre cette même pollution.

« Nous faisons très attention aux prévisions de pluie pour les prochains jours », a assuré l’ingénieur en chef du Bureau municipal de protection de l’environnement. « Nous nous préparons au traitement de dizaines de milliers de tonnes d’eau contaminée, dans le cratère de la zone principale ». Pour éviter l’écoulement de produits chimiques, les autorités ont construit un barrage de sable et de terre délimitant une zone de 100 000 m² autour du site des explosions, a également précisé l’ingénieur Bao Jingling. Des cuves et des canalisations ont été vidées pour laisser la place à l’eau de pluie.

Le cyanure de sodium, qui se présente sous forme de poudre cristalline, libère sous certaines conditions du cyanure d’hydrogène, un « gaz hautement toxique asphyxiant », qui peut s’avérer « rapidement mortel » selon le Centre américain pour le contrôle des maladies. Si les autorités affirment que l’air et l’eau ne présentent pas de danger pour la population, celle-ci se veut méfiante et inquiète. « Comment peut-on dire que l’environnement est propre? » a réagi Chen Xingyao, qui habitait près du site des explosions. « Et si seul le gouvernement teste l’environnement, on ne pourra pas savoir si ça va ou non ». Pour l’heure, sur des échantillons d’eau prélevés en 40 points de la zone interdite au public, huit ont révélé une présence excessive de cyanure lundi, dépassant jusqu’à 28,4 fois les niveaux recommandés pour un des échantillons.

Source : lesechos