in

Pourquoi a t-on faim quand on a trop bu ?

crédits : wikimedia commons / Kimberly Vardeman from Lubbock, TX, USA

Pourquoi avez-vous tellement faim lorsque vous avez trop bu ? Selon une nouvelle étude du centre de recherche Francis Crick à Londres, vos fringales tardives pourraient être dues à un mécanisme neural.

Pourquoi vous dirigez-vous systématiquement vers le frigo ou le premier fast-food lorsque vous avez trop bu (quand vous n’êtes pas déjà couché) ? Une étude récente menée par des chercheurs de l’Institut Crick Francis, au Royaume-Uni, constate aujourd’hui qu’une certaine protéine liée à l’appétit est activée dans le cerveau et pourrait être agir comme un déclencheur pour les petits creux post-beuverie.

Pour comprendre cela, les chercheurs ont injecté de l’alcool dans les abdomens de souris une fois par jour pendant trois jours. La dose journalière injectée correspondrait à l’équivalent de deux bouteilles de vin ou dix bières si les souris étaient humaines. Un second groupe de rongeurs restait sobre. Sans surprise, les souris alcoolisées ont beaucoup plus mangé que les autres. Au cours de ces trois jours, les souris des deux sexes mangeaient significativement plus que le groupe témoin (jusqu’à 25 % de nourriture en plus dans certains cas).

En plus de mesurer le volume de nourriture consommée, les chercheurs ont également examiné l’activité des neurones AgRP dans le cerveau des souris. Cette protéine est impliquée dans leur cycle d’alimentation. Lorsque cette protéine est activée, les souris sont en effet plus susceptibles de manger, et ce, « même en l’absence de pénurie énergétique ». Inversement, lorsqu’elle est désactivée, les souris ont tendance à s’arrêter de manger.

Gary Wittert, un membre de l’école de médecine de l’Université d’Adelaide qui n’a pas participé à l’étude, explique : « l’alcool agit sur un groupe de cellules nerveuses situées dans la région du cerveau qui régule l’apport alimentaire, ces cellules nerveuses fabriquent une protéine appelée protéine Agouti – ce sont donc les neurones AgRP. Et quand ces neurones fabriquent cette protéine, ils régulent l’apport alimentaire et l’alcool module l’effet de ces neurones afin d’augmenter l’apport alimentaire. »

Ainsi l’étude souligne aujourd’hui le lien neurologique entre la consommation d’alcool, et donc d’éthanol, et la suralimentation. Le lien entre la consommation d’alcool et la suralimentation chez l’Homme était déjà bien établi — la raison pour laquelle l’alcool nous incite à manger plus était encore floue, d’autant plus que l’alcool est déjà bourré de calories.

Source