À quoi servira le plus grand réservoir d’hydrogène au monde ?

SLS
Décollage de la SLS en novembre 2022. Crédits : Michael Cain / Spaceflight Now / Coldlife Photography

Artemis 2, qui prévoit l’envol de quatre astronautes vers la Lune, ne sera pas lancée avant fin 2024, mais les préparatifs du voyage battent leur plein. Parmi les développements les plus importants figure le plus grand réservoir d’hydrogène au monde. À quoi servira cette énorme citerne ?

À présent que la mission Artemis 1 a été clôturée avec succès, tous les regards se tournent désormais vers Artemis 2. La mission sera différente pour deux raisons. En premier lieu, cette mission sera habitée. Nous savons en effet qu’il y aura quatre astronautes, dont trois Américains et un Canadien. En outre, sa trajectoire sera plus simple que celle empruntée par Orion dans le cadre de la première mission. Concrètement, Orion n’entrera pas en orbite autour de la Lune, mais utilisera la gravité lunaire pour revenir directement vers la Terre. Le voyage complet devrait prendre seulement dix jours.

Celé étant dit, nous allons devoir patienter au moins jusqu’à fin 2024 pour voir la SLS s’envoler à nouveau, car la NASA a décidé de réutiliser une partie de l’équipement électronique (connu sous le nom d’avionique) de la capsule d’Artemis 1 dans le but de faire des économies. Or, l’extraction, l’analyse et la réintégration de ces petits ordinateurs de bord prennent environ deux ans.

Pendant ce laps de temps, la NASA en profitera pour ajuster divers équipements, ce qui nous ramène à cet énorme réservoir.

Multiplier les tentatives en un court laps de temps

Ceux qui se rappellent d’Artemis 1 se souviennent des multiples retards de lancement liés à des problèmes de fuite avec l’hydrogène liquide qui alimente l’étage central à quatre moteurs et l’unique moteur du second étage (étage de propulsion cryogénique provisoire ou ICPS). Un meilleur accès à ce carburant faciliterait grandement l’exécution par les équipes au sol des répétitions générales et des véritables tentatives de lancement, d’où la construction de ce nouveau réservoir d’hydrogène liquide d’une capacité de près de 5,3 millions de litres.

Selon la Cryogenic Society of America, une fois en service, il s’agira du plus grand réservoir d’hydrogène liquide au monde. À titre de comparaison, la NASA dispose actuellement d’un réservoir d’hydrogène liquide pouvant contenir un peu plus de 3,2 millions de litres. Pour Artemis 2 et les missions suivantes, la NASA utilisera les deux réservoirs.

Pour rappel, l’étage central SLS et le second étage nécessitent un plus de deux millions de litres d’hydrogène liquide par lancement. La NASA aura ainsi largement de quoi multiplier les tentatives en cas de besoin, en particulier pendant les courtes fenêtres de lancement.

Une fois ce nouveau réservoir terminé, les équipes au sol effectueront des tests de validation pour s’assurer d’obtenir les bonnes pressions et les bons débits.

réservoir hydrogène liquide SLS
Le réservoir d’hydrogène liquide préexistant au Kennedy Space Center. Crédits : NASA/Ben Smegelsky

Ue nouvelle « tyrolienne »

Notez que la construction de ce réservoir d’hydrogène, qui a débuté en 2018, n’est pas le seul changement en cours. La NASA prépare également un nouveau système d’évacuation.

Concrètement, en cas d’urgence pendant le compte à rebours du lancement, les quatre astronautes à bord pourront utiliser ce système pour quitter la rampe en toute sécurité. Ce dernier sera similaire à celui utilisé dans le cadre du programme de la navette spatiale, où les astronautes étaient évacués dans des paniers retenus par des câbles (une sorte de tyrolienne). Ce système n’était pas nécessaire pour Artemis 1, car il n’y avait pas d’astronautes à bord.