in

À quelle quantité de rayonnement vont s’exposer les premiers explorateurs de Mars ?

Pour Donald Trump, Mars devrait être une priorité et juge durement la mission Artemis vers la Lune Crédits : capture Youtube / 20th Century FOX / Seul sur Mars

Un voyage sur Mars implique de grandes questions. Parmi elles, celle du rayonnement cosmique auquel seront confrontés les astronautes, et que l’on sait très dangereux pour le vivant. Mais à quelle dose de rayonnement seront exposés les premiers explorateurs, exactement ?

Outre les nombreux défis techniques et psychologiques inhérents à un voyage sur Mars, la question du rayonnement cosmique se pose. Il s’agit d’un flux constant de particules de haute énergie qui circulent dans le milieu interstellaire, quasiment à la vitesse de la lumière. Nous sommes, sur Terre, protégés de ces rayons nocifs grâce à notre atmosphère épaisse. La Nature étant pragmatique, nous n’avons au cours de notre évolution pas développé de moyens nous permettant de nous défendre contre ces rayons : nous avons un bouclier. Sur Mars, c’est autre chose. Et nos corps ne sont tout simplement pas adaptés.

Si nous devons nous rendre sur la planète rouge, il est donc nécessaire – outre le fait de penser à des moyens de protection – d’évaluer la quantité de rayons potentiellement absorbée par les futurs explorateurs. Et les estimations ne sont pas vraiment positives.

De nouvelles données ont été fournies par le Trace Gas Orbiter, de l’Agence spatiale européenne (ESA), actuellement en orbite autour de Mars. Elles suggèrent en effet que le simple fait d’arriver et de partir de la planète rouge exposerait les astronautes à au moins 60 % de l’exposition maximale recommandée actuellement. Ce taux varie de 1 sievert (l’unité de mesure pour ce type de rayonnement) pour une femme de 25 ans à 4 sieverts pour un homme de 55 ans.

« Les doses de rayonnement accumulées par les astronautes dans l’espace interplanétaire seraient plusieurs centaines de fois supérieures aux doses accumulées par l’Homme sur la même période sur Terre, et plusieurs fois supérieures aux doses d’astronautes et de cosmonautes travaillant sur la Station spatiale internationale, explique dans un communiqué Jordanka Semkova, de l’Académie bulgare des sciences. Nos résultats montrent que le voyage lui-même amènerait les astronautes à une exposition très importante aux rayonnements ».

Les futurs explorateurs seraient ainsi exposés à 60 % de la dose maximale, simplement pour le voyage. Inutile de rappeler que l’objectif n’est pas celui-là. Si tel était le cas, l’envoi de robots suffirait. Le but ultime de l’Homme étant de s’établir au moins quelques mois sur Mars, ces chiffres nous amènent à reconsidérer le problème du rayonnement cosmique. Une exposition prolongée risquerait en effet de mettre en danger l’intégrité physique des astronautes (cancers, déficiences cognitives, faillite du système immunitaire par exemple).

Source

Articles liés : 

Des chercheurs envisagent la construction d’un igloo géant sur Mars

Curiosity nous offre une vue imprenable de la planète Mars à 360° !

Mars : la NASA a besoin de vous pour faire du sucre