in

À l’instar des Hommes de l’âge de pierre, le bonobo est lui aussi capable de se servir d’outils

Crédits : tsauquet / Pixabay

La publication d’une nouvelle étude dans la revue American Journal of Physical Anthropology est venue démontrer une capacité étonnante chez les bonobos. En effet, selon la conclusion des chercheurs, l’ensemble des animaux appartenant à cette espèce saurait de façon innée se servir d’outils afin d’agir sur leur environnement. De quoi compromettre encore davantage la théorie selon laquelle l’être humain aurait été le premier mammifère à avoir été doté de cette capacité…

Parmi les grands singes, le bonobo est sans conteste l’espèce qui se rapproche le plus de l’homme, tant du point de vue de la génétique que de celui du comportement. Et ce fait se confirme toujours davantage à mesure que les études à son sujet se multiplient. En 2012, un individu de cette espèce avait d’ailleurs particulièrement étonné une équipe de scientifiques dirigée par le professeur Itai Roffman. Baptisé Kanzi, ce jeune primate né en captivité avait en effet montré une remarquable aisance à apprendre la langue des signes et à utiliser des outils en pierre afin d’extraire de la nourriture de souches de bois. Pour autant la communauté scientifique ignorait jusqu’à présent si Kanzi était un individu surdoué, et donc un cas isolé, ou si au contraire l’aptitude à utiliser des outils était généralisable à l’ensemble de son espèce. Pour le savoir, une équipe de chercheurs israéliens de l’université d’Haifa a décidé de réaliser une étude portant sur 15 bonobos détenus en captivité ou semi-captivité.

Dans leur échantillon, les scientifiques ont remarqué que près de 50 % des singes ont spontanément utilisé les bâtons, les cailloux et les cornes dès qu’ils leur étaient fournis. Les outils ont ainsi utilisé par les animaux, sans démonstration au préalable, afin de creuser ou de faire levier pour dénicher une récompense dissimulée. Certains individus de la cohorte sont même allés plus loin en utilisant des pierres en guise de marteaux afin d’écraser des os longs de façon à extraire la nourriture cachée dans le canal médullaire – là où se situe normalement la moelle osseuse. Enfin, l’un des singes a quant à lui eu la brillante idée de tailler en pointe un bâton avec ses dents avant d’aller agresser l’un des scientifiques en charge de l’expérience…

Face à ces résultats, les chercheurs ont conclu que l’utilisation d’instruments était peu répandue dans le milieu naturel des bonobos du fait d’un accès facilité à la nourriture. Néanmoins, lorsque l’environnement est moins propice, comme ce fut le cas lors de cette expérience, ces singes ne semblent pas hésiter à mobiliser ce potentiel qui semble ancré de manière innée au sein de l’espèce. Cette étude est donc à mettre en parallèle avec l’annonce faite en mai dernier de la découverte d’outils taillés datant de 3,3 millions d’années, soit bien avant l’émergence du genre homo – estimé il y a environ 2,8 millions d’années. Le tout suggérant ainsi que l’ancêtre commun aux bonobos, aux chimpanzés et aux hommes devait déjà posséder certaines habilités à se servir d’outils dans le but d’agir sur son environnement.

Sources : American Journal of Physical Anthropology  newscientist – Sciences&Avenir

– Crédits photo : Entre Récréation