in

Pourquoi a-t-on le hoquet et comment s’en débarrasser ?

Crédits : iStock

Qui n’a jamais été pris de hoquet après un repas copieux ou une consommation d’alcool ? Agaçant durant les quelques minutes qu’il dure, le hoquet est le résultat de contractions involontaires du diaphragme.

Dans le corps humain, le diaphragme est le muscle qui permet de pomper l’air pour remplir et vider les poumons. Il joue ainsi un rôle essentiel. Mais parfois, la glotte se referme et empêche l’air d’arriver, ce qui provoque des spasmes répétés, involontaires et incontrôlables du diaphragme : c’est le hoquet.

Généralement, ces crises de hoquet surviennent après ingestion d’un repas copieux ou pris rapidement ou de boissons alcoolisées ou gazeuses. Le diaphragme se situe à proximité de l’estomac et ce sont les distensions gastriques résultant des actions précédemment citées qui l’irritent, déclenchant une crise de hoquet.

Pour la science, le caractère bénin du hoquet représente assez peu d’intérêt, mais différentes opinions existent quant aux origines du hoquet. Pour certains, il s’agit d’une mémoire gardée par notre corps d’une phase préparatoire au processus de respiration développé par le fœtus. Pour d’autres, il s’agit plutôt d’un réflexe de protection (fermeture des voies aériennes) contre l’inhalation d’aliments suite à une stimulation digestive interprétée comme une menace. Enfin, certains y voient une anomalie liée à l’évolution de nos réseaux neuronaux.

Pour se débarrasser du hoquet, tout le monde a sa technique qui fonctionne ou pas chez les autres. Certains boivent à l’envers, certains ont besoin d’être surpris et certains retiennent leur respiration pour augmenter le dioxyde de carbone contenu dans les poumons. D’autres techniques se montrent relativement efficaces comme placer un sac de glaçons sur le diaphragme ou laisser fondre une cuillère de sucre sur la langue. Si les crises de hoquet persistent et sont trop régulières, il est recommandé de consulter un médecin, car cela pourrait être le signe de pathologies plus sérieuses.

Source