in

Un rapport accablant de l’OMS indique que 92% des terriens respirent un air de mauvaise qualité

Crédits : Wikimedia Commons

Neuf personnes sur 10 dans le monde respirent un air de mauvaise qualité déclarait ce mardi l’Organisation mondiale de la santé, appelant à des actions spectaculaires contre la pollution responsable de plus de six millions de décès par an.

Le rapport est accablant. Pas moins de 92% des habitants de la planète vivent en effet dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air extérieur ne respectent pas les limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé. Ce mardi, le Dr Maria Neira, directrice du département Santé publique à l’OMS, appelait à “une action rapide et concrète pour faire face à la pollution atmosphérique. Il y a une urgence de santé publique”.

Pour ce nouveau rapport, l’OMS s’est notamment appuyée sur des données provenant de 3.000 lieux, principalement des villes, à travers le monde. Au total, c’est plus de 92% de la population mondiale qui vit dans des endroits où les niveaux de qualité de l’air ne correspondent pas aux niveaux fixés par l’OMS sur la qualité de l’air ambiant pour les particules fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns (PM2.5). Les PM2.5 comprennent des polluants comme le sulfate, les nitrates et le carbone noir, qui représentent un risque grave pour le système respiratoire et cardiovasculaire.

L’OMS compte parmi les principales sources de pollution de l’air “les modes de transport inefficaces, les combustibles ménagers, la combustion des déchets, les centrales électriques alimentées au charbon et les activités industrielles”. Pour faire face à ces menaces, le Dr Maria Neira propose notamment la mise en place ” de systèmes de transports plus viables, d’une gestion des déchets solides, de l’utilisation de poêles et de combustibles propres pour les ménages ainsi que les énergies renouvelables et la réduction des émissions industrielles”.

Rappelons que des estimations en 2012 faisaient état de près de 6,5 millions de décès (soit 11,6 % des décès dans le monde) associés à la pollution de l’air extérieur et à la pollution de l’air intérieur.

Source : AFP