in

80 ans plus tard, ce géant au long cou fait de nouveau parler de lui

En 1933, les premiers découvreurs du dinosaure Austrosaurus ont érigé un panneau pour marquer le site. En 2014, il ne restait plus que les deux poteaux. Crédit: Peter et Richard Wade

De nouveaux ossements retrouvés dans une région éloignée du Queensland contribuent à révéler la forme d’un dinosaure géant au long cou qui parcourait la Terre il y a plus de 100 millions d’années.

Austrosaurus était un proche cousin du Titanosaurus. Nous n’avons à ce jour que quelques fragments de cet animal, principalement des vertèbres et quelques côtes. Nous savons néanmoins par déduction qu’il s’agissait d’un sauropode, un dinosaure herbivore au long cou qui marchait sur quatre pattes. Les sauropodes sont assez communs dans l’arrière-pays du Queensland, mais la plupart d’entre eux vivaient entre cinq millions et dix millions d’années après Austrosaurus. Cela signifie que ce dernier pourrait être un proche parent, voire un ancêtre direct. Mais comment le déterminer avec certitude ?

Les quelques ossements disponibles ont été découverts il y a très longtemps, en 1932. Un berger avait alors repéré quelque chose d’inhabituel dans son enclos à moutons. Réalisant qu’il s’agissait de fossiles, il fit venir sur le site Harley John McKillop, un ami à lui, qui contacta son frère basé à Brisbane, le Dr Martin Joseph McKillop. Celui-ci fit alors 1 700 kilomètres pour venir sur place dans le but de recueillir quelques échantillons. Il fit également un croquis qu’il s’empressa d’envoyer au directeur du Queensland Museum à Brisbane. Celui-ci reconnut aussitôt l’importance de la découverte et demanda que les fossiles lui soient envoyés.

Les quelques fossiles arrivèrent à Brisbane en janvier 1933. Heber Longman, directeur du musée, estima alors qu’il s’agissait d’un sauropode au long cou d’une quinzaine de mètres de long environ. Il le baptisa Austrosaurus. Fait intéressant, l’animal aurait bien vécu sur terre, mais les ossements avaient été enterrés au fond de la mer d’Eromanga. Cette mer intérieure couvrait une grande partie de l’ouest du Queensland il y a 102 millions d’années. Savait-il alors nager ? S’est-il noyé ? A-t-il été transporté depuis la terre vers les eaux par un prédateur ?

Depuis 1933, Austrosaurus est retombé peu à peu dans l’oubli. Dans les années 1970, des paléontologues ont essayé de déménager le site d’où les os avaient été exhumés, mais ces tentatives ont échoué. En conséquence, le site fut considéré comme « perdu ». Intrigué par cette histoire, le Dr Stephen Poropat, de l’Université de Swinburne, a en quelque sorte rouvert le dossier en 2011. Il retrouva l’emplacement approximatif du site en retrouvant la carte de 1933 de Longman et marqua l’endroit d’un « X » sur Google Earth pour finalement se rendre sur place en 2014.

Laurie Beirne, © Queensland Museum.

Plusieurs excavations ont depuis été faites. Ils ont alors pu récupérer six nouvelles côtes profondément enfouies et entourées de bivalves marins fossilisés (proches des palourdes modernes et des moules). La position des côtes suggérait également que les chercheurs étaient en présence du même animal retrouvé 80 ans plus tôt. Côtes et vertèbres étaient finalement placées « dans le bon ordre », ce qui suggère que l’animal disposait encore de ses tissus mous lorsqu’il a coulé ou du moins que cette partie de la carcasse n’a pas été « éliminée » par les charognards avant de couler. Nous ne saurons peut-être jamais pourquoi.

Bien que de nouveaux ossements aient été découverts, nous n’en savons pas beaucoup plus sur l’animal. Nous savons qu’il vécut au Crétacé supérieur, il y a 80 millions d’années, qu’il broutait probablement des fougères en groupe dans les terres arides australiennes et qu’il mesurait entre 13 et 16 m de haut pour 15 à 20 mètres de long. Il sera néanmoins nécessaire de retrouver de nouveaux fossiles ou de réévaluer rigoureusement les vieux spécimens. Bien que le site d’Austrosaurus soit maintenant épuisé en fossiles, le potentiel de découvertes futures de fossiles importants dans la région de Richmond est énorme.

Les seuls ossements d’Austrosaurus disponibles aujourd’hui. Les vertèbres, à gauche, ont été déterrées en 1933. Les côtes, à droite, ont été découvertes en 2014 et 2015. Crédits : Dr Stephen Poropat

Source