in

8 bonnes raisons de se passionner pour l’espace en 2017

Crédits : Pixabay

L’année 2016 aura eu son lot de surprises, et d’exploits sur le plan spatial. Je pense notamment à l’arrivée de la sonde Juno autour de Jupiter, à l’envol de l’astronaute français Thomas Pesquet pour l’ISS, ou encore aux nombreuses découvertes d’exoplanètes grâce à Kepler. Les passionné(e)s, déjà gâté(e)s en cette fin d’année, le seront également en 2017 avec de nombreuses dates à marquer au feutre sur votre calendrier. Sciencepost fait le point sur les grands rendez-vous spatiaux et astronomiques de l’année à venir.

Quadrantides, la première pluie de météores de 2017

Coup d’envoi de cette nouvelle année avec des pluies de météores prévues du 1er au 5 janvier (pic le 3 janvier à 120 étoiles filantes par heure) grâce à la queue de débris de l’astéroïde 2003 EH1. Appelée Quadrantides, cette pluie annuelle apparaît dans la constellation du Bouvier, proche des constellations d’Hercule et du Dragon. Les rendez-vous suivants seront Les Lyrides, du 15 au 28 avril (pic le 22 avril avec 15 étoiles filantes par heure), puis l’Êta aquarides du 19 avril au 28 mai (pic à 60 étoiles filantes par heure le 6 mai). N’oubliez pas de lever les yeux au ciel !

Juno explore Jupiter

Explorer l’un des endroits les plus dangereux du système solaire est assez ambitieux , mais le faire 37 fois en une année semble complètement fou. C’est pourtant ce que va entreprendre cette année la mission Juno, de la NASA. Entrée en orbite autour de Jupiter le 4 juillet 2016, la sonde a d’ores et déjà commencé le boulot et fait face à quelques ennuis techniques, mais ne compte pas s’arrêter là. Le prochain passage auprès de Jupiter doit avoir lieu fin janvier. Si la caméra de Juno fonctionne correctement, elle nous montrera l’atmosphère jovienne en grand détail, pendant que sur Terre, des milliers d’astronomes amateurs et professionnels photographieront en même temps la plus grande des planètes, laquelle se trouvera de nouveau haut dans le ciel nocturne, brillant dans la constellation de la Vierge.

Le retour de Space X

En 2016, l’entreprise Space X aura marqué l’histoire de l’aérospatial en récupérant à plusieurs reprises l’étage principal de son lanceur Falcon 9. Lanceur qui, malheureusement, explosait en septembre à Cap Canaveral lors d’un banal essai statique des moteurs de l’étage principal. Après des semaines d’enquêtes, Elon Musk confirmait en novembre dernier avoir trouvé la cause de l’explosion au sol de son lanceur. Elle n’est pas due à un phénomène extérieur, mais bien à un problème qui impliquait un des trois réservoirs d’hélium liquide situés à l’intérieur du réservoir d’oxygène liquide de l’étage supérieur. Initialement prévu le 16 décembre, le premier lancement depuis l’explosion au sol d’un lanceur Falcon 9 devrait avoir lieu finalement dans le courant du mois de janvier, en espérant que cette « anomalie » soit corrigée. Une nouvelle ère de l’exploration spatiale et, pourquoi pas, colonisation s’ouvre à l’Homme dès cette année !

TESS entre en scène

La mission Kepler aura permis la détection de centaines de nouveaux mondes étrangers, certains potentiellement habitables. En 2017 la NASA enclenche la seconde avec le lancement prévu de la mission TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite). En orbite autour de la Terre, TESS tentera de dénicher dans l’espace des exoplanètes en ciblant près de 500.000 étoiles bien plus brillantes que celles surveillées par Kepler, parmi lesquelles les 1000 naines rouges les plus proches. Lancement prévu en décembre.

Cheops, le chasseur d’exoplanètes européen

L’ESA, l’agence spatiale européenne, devrait elle aussi lancer un satellite à la recherche d’exoplanètes, CHEOPS, pour CHaracterising ExOPlanet Satellite. Le but ne sera pas d’observer de nouvelles étoiles, à l’instar de la mission TESS, mais cette fois d’analyser plus en profondeur les exoplanètes déjà répertoriées. Ce satellite permettra notamment de mesurer de façon précise le rayon de plusieurs dizaines d’exoplanètes connues en transit, pour apporter de nouvelles informations sur leur structure interne.

15 septembre : la chute finale de la sonde Cassini

Depuis le 30 novembre dernier, Cassini observe au plus près les anneaux de Saturne. Elle continuera son périple en ce début d’année avant de se voir changer de trajectoire en avril, une dernière fois. Cette nouvelle orbite enverra la sonde entre les anneaux intérieurs, à moins de 2000 km de l’atmosphère de Saturne. Une modification qui lui sera finalement fatale le 15 septembre 2017, date à laquelle toutes les communications seront définitivement coupées avec la Terre. Durant ses derniers instants, Cassini tentera d’analyser ce qu’elle peut, avant de mourir sur/dans Saturne.

Sortie dans l’espace pour Thomas Pesquet

L’astronaute français devrait sortir de la Station spatiale internationale pour y installer de nouvelles batteries le 13 janvier prochain. Il pourrait rester en combinaison dans le vide spatial plus de 7 heures. Ce sera le 11e astronaute européen à réaliser une sortie extravéhiculaire sur l’ISS. Le retour sur Terre de Thomas Pesquet, lui, est prévu pour le mois de mai prochain. Déjà !

La Chine sur la Lune

Après l’alunissage de Chang’e 3 en décembre 2013, la Chine se prépare une nouvelle fois à retourner sur la Lune l’année prochaine. Si tout se passe comme prévu, l’Empire du Milieu devrait être l’an prochain la troisième nation spatiale à disposer d’échantillons de roches lunaires.

Source