in

Le 7e continent de déchets plastiques va-t-il devenir un état ?

Crédits : iStock

En pleine ère industrielle, la planète terre subit les conséquences d’une consommation de masse et d’un monde globalisé. Les tonnes de déchets plastiques produits chaque année reviennent à la terre mère. Et c’est maintenant un amas de déchets, dont la surface dépasse celle de la France, qui dérive au beau milieu de l’océan pacifique. S’agrandissant de huit millions de tonnes chaque année, ce septième continent est en phase d’obtenir un statut d’état ! C’est en tout cas ce qu’aimerait l’ONG Plastic Oceans Foundation qui a lancé il y a deux semaines une pétition demandant la reconnaissance de cette île « poubelle ». 

Du 19 au 25 septembre 2017 aura lieu l’assemblée générale annuelle des Nations-Unies. C’est dans ce cadre très médiatisé que le site LADbible, supporté par l’ONG Plastic Oceans, a lancé une nouvelle campagne de lutte contre l’accumulation de déchets plastiques dans les océans.
Pour sensibiliser le monde à cette catastrophe environnementale, les acteurs de ce changement appellent à la reconnaissance de cet amas de déchets : l’île « poubelle » deviendrait le 196e pays membre de l’Organisation des Nations-Unies !

Pour accompagner cette demande exceptionnelle, l’île s’est vue attribuer son propre drapeau, une monnaie unique appelée « débris » et même un passeport pour tous les citoyens ayant signé la pétition ! L’ancien vice-président des États-Unis, Al gore, particulièrement touché par le réchauffement climatique et la transition écologique qui s’impose à nous, est l’un des premiers signataires de cette pétition. Destinée au secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, la pétition atteint aujourd’hui près de 118 000 signatures sur les 150 000 attendues.

Le but ? En étant défini comme un pays, cet amas de déchets plastiques devrait être nettoyé d’après la mise en vigueur de traités environnementaux spécifiques ! Une réponse des gouvernements est aujourd’hui attendue. On espère que cette initiative saura les faire réagir.

Source