in

740 000 km de lignes de pêche et 14 milliards d’hameçons perdus en mer chaque année

bateau de pêche
Crédits : Jean-Jacques Abalain / Flickr

Selon une nouvelle recherche publiée dans Science Advances, deux pour cent de tous les équipements de pêche utilisés dans le monde chaque année finissent par polluer les océans. Pour mettre cela en perspective, tous ces déchets qui jonchent l’océan pourraient faire plus de dix-huit fois le tour de la Terre.

Des outils de pêche perdus dans l’océan

La pêche contribue certes à la sécurité alimentaire, aux revenus et aux économies mondiales. Toutefois, les matériaux abandonnés, perdus ou rejetés sont un problème préoccupant pour la durabilité de ce secteur en raison de leurs impacts socioéconomiques. Ils représentent également une importante source de pollution marine qui a des impacts négatifs conséquents sur la faune, ainsi que pour les habitats marins et côtiers.

Certaines de ces pertes sont attribuables à la façon dont les outils sont utilisés. Les chaluts de fond peuvent par exemple se coincer sur les récifs. Une mer agitée, ainsi que des croisements répétés avec d’autres bateaux contribuent également à ces pertes (filets remorqués croisant des palangres dérivantes, notamment).

Des organisations internationales telles que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont élaboré des mesures juridiques pour prévenir et réduire la perte ou l’abandon de ces matériaux. Parmi elles figurent notamment le marquage et le suivi des matériaux, le signalement et la récupération de leurs pertes ou encore la réglementation des pratiques de pêche destructrices.

Néanmoins, les informations empiriques sur la quantité d’outils de pêche perdus dans les océans restent limitées. Or, ces informations insuffisantes limitent le développement des bases de référence globales nécessaires pour véritablement agir.

filet de pêche
Crédits : NeedPix

Des estimations qui donnent le tournis

Pour combler ce manque de connaissances, des chercheurs ont récemment interrogé plusieurs centaines de pêcheurs originaires de sept pays sur l’utilisation et les pertes annuelles d’outils de pêche. Ces matériaux impliquaient les filets maillants, les palangres, les sennes coulissantes, chaluts et casiers. Nous avons couplé ces enquêtes avec des informations sur les données mondiales sur l’effort de pêche des pêcheries commerciales.

D’après ces recherches, voici une estimation de ce qui est perdu ou abandonné volontairement en mer chaque année par les pêcheurs :

– 740 000 kilomètres de lignes principales à la palangre.
– Près de 3 000 kilomètres carrés de filets maillants.
– 218 kilomètres carrés de chaluts.
– 75 000 kilomètres carrés de sennes coulissantes.

En outre, les chercheurs estiment à plus de vingt-cinq millions le nombre de casiers et de pièges, et à près de quatorze milliards le nombre d’hameçons de palangre perdus chaque année. Toutes ces pertes représentent environ 2% de tous les matériaux de pêche utilisés chaque année.

Compte tenu de l’augmentation de l’effort de pêche mondial, ces nouvelles estimations actualisées seront essentielles pour refléter l’état actuel de la pêche mondiale de manière à trouver des solutions ciblées à grande échelle.

Notez que ces estimations n’incluent pas la quantité de lignes de pêche et d’autres outils perdus par les pêcheurs récréatifs.