in

7 choses à savoir sur les acariens, ces envahisseurs de l’ombre

Crédits : Wikilmages/Pixabay

Les acariens sont la hantise des personnes allergiques, surtout en automne et en hiver, synonyme de multiplication de ces minuscules organismes.

1/ Ils sont partout!

Les acariens vivent en général dans le sol ou l’eau, mais ils ont aussi développé une grande diversité de relations avec d’autres êtres vivants comme les animaux, les végétaux et bien sûr, l’Homme. Ils se nourrissent essentiellement de squames (animales ou humaines), par exemple les peaux mortes, les poils ou les débris d’ongles (ou de griffes). Ils vivent notamment dans nos maisons, nos transports en commun ou nos lieux de travail. Les plus petits mesurent entre 0,1 et 0,6 mm, donc impossibles à observer à l’œil nu, bien que les plus gros peuvent mesurer 2 cm (tiques).

Ils affectionnent les chambres à coucher, plus précisément la literie, les matelas, couettes et autres oreillers. Ils aiment également se nicher dans les tapis et les fauteuils.

2/ Présents toute l’année, mais certaines saisons sont plus propices

Les acariens sont présents dans nos habitats toute l’année, mais ils sont bien plus nombreux en hiver. En effet, un temps froid et humide fait que nous aérons moins nos espaces clos, alors que l’utilisation du chauffage et une ventilation réduite est une aubaine pour leur prolifération.

3/ 20 à 80 œufs, dites merci à la femelle acarien!

Bien que les acariens ont une espérance de vie allant seulement de 2 à 3 mois, ils se reproduisent très rapidement, surtout si les conditions sont optimales. Ces conditions favorables sont à la fois des environnements humides (de 60 à 80 % d’humidité) et présentant des températures assez élevées et stables (entre 26 et 32 °C).

4/ Un gramme de poussière = 2.000 acariens?

Un matelas peut contenir jusqu’à 1,5 million d’acariens. Il s’agit d’une donnée impressionnante lorsque l’on sait que souvent, 2 mg d’acariens par gramme de poussière suffit à occasionner une allergie et que 10mg suffit pour une crise d’asthme.

5/ On leur attribue la moitié des allergies existantes

Il existe 50.000 espèces d’acariens différentes, mais seulement huit d’entre elles sont la cause la plus fréquente d’allergies respiratoires, juste devant les pollens de graminées. Ces allergies sont liées à des protéines présentes dans les excréments des acariens, ainsi qu’à la poussière issue de la décomposition de leur cadavre après leur mort.

6/ 85 % des asthmatiques sont allergiques aux acariens

Une étude parue en 2011 a mis en lumière le fait que 57 % des personnes interrogées avaient les symptômes d’une allergie aux acariens, alors que seulement 15 % d’entre elles étaient diagnostiquées. En effet, une exposition chronique aux acariens, pour les enfants et adultes asthmatiques, est un facteur de symptômes respiratoires et de troubles des fonctions pulmonaires parfois difficiles à déceler.

7/ Il existe des mesures pour limiter le contact avec les acariens

Dans nos habitations, il est possible d’agir pour limiter notre contact avec les acariens, comme réduire l’humidité de la maison, éviter le chauffage des chambres à plus de 18 °C, bannir les moquettes et autres tapis, laver régulièrement la literie à plus de 60 °C, aérer l’habitat une demi-heure par jour, se munir d’un aspirateur avec un filtre haute efficacité pour les particules aériennes (HEPA 13 ou 14), et nettoyer au moins une fois par an les couettes, couvertures et oreillers.

Voici une vidéo réalisée par le laboratoire pharmaceutique français Stallergenes intitulée « Les Envahisseurs » :

Sources : Sciences et AvenirLa Dépêche