in

6 nouveaux sursauts radio rapides détectés en dehors de notre galaxie

Crédits : Pixabay

En mars dernier, les scientifiques détectaient 11 puissantes rafales de signaux radio provenant de la même position dans l’espace, connue sous le nom FRB 121102 après le premier signal détecté. Six nouveaux sursauts radio rapides (FRB) ont été détectés en dehors de notre galaxie, en provenance d’un objet inconnu situé à environ 3 milliards d’années-lumière.

Les sursauts radio rapides (FRB) sont parmi les signaux les plus explosifs et mystérieux jamais détectés depuis l’espace. Ils ne durent que quelques millisecondes, mais dans ce court laps de temps, ils génèrent autant d’énergie que le Soleil en une journée entière. Jusqu’à présent, nous n’avons détecté qu’une poignée de ces phénomènes singuliers. Décelé pour la première fois en 2007, le signal avait été si intense et étrange qu’il aura fallu des années pour que les chercheurs conviennent qu’il s’agissait d’un phénomène cosmologique et non le résultat d’interférences avec d’autres instruments.

Les chercheurs, dont la recherche a été publiée dans The Astrophysical Journal, estiment qu’environ 2000 de ces sursauts traverseraient l’espace chaque jour, mais il s’avère compliqué de pointer un télescope au bon endroit au bon moment pour les détecter. Après la détection des derniers signaux en mars, nous pensions que ces rafales n’étaient que des événements ponctuels, venant d’endroits aléatoires autour depuis l’espace. Mais le fait que de telles bouffées puissent se répéter montre que le phénomène qui en est à l’origine n’est pas destructif pour l’objet en cause. Précisions que la répartition temporelle de ces bouffées est un peu particulière, car suite au premier sursaut détecté, les deux suivants sont apparus le même jour le 17 mai 2015 et les 8 suivants se sont succédé à nouveau au cours d’une même journée, le 2 juin 2015, séparés entre quelques dizaines de secondes et près de 10 minutes. La distribution spectrale des émissions est aussi très disparate avec pour certaines bouffées une forte intensité aux plus basses fréquences et pour d’autres le contraire. Parmi ces 6 nouvelles bouffées, 4 sont apparues le même jour, le 19 novembre 2015 en l’espace de 20 minutes, les deux autres ayant détectées quelques jours avant et deux semaines après.

Pour l’heure, les chercheurs ne peuvent se positionner sur telle ou telle origine, cette dernière pouvant être multiple, mais la distance quasi certaine maintenant et la nature répétitive du phénomène font pencher les chercheurs pour une origine du type jeune étoile à neutron fortement magnétisée (ou magnétar). Ils espèrent néanmoins participer à des campagnes futures visant à découvrir plus de ces signatures cosmiques et révéler enfin de cette façon les sources responsables de ces événements omniprésents et mystérieux.

Source