in

Besoin de cheveux ? Imprimez-les en 3D !

Crédits : Meditations / Pixabay

L’impression 3D, qui s’est grandement améliorée ces dernières années, offre des possibilités très variées. Désormais, il est également possible d’imprimer des cheveux artificiels en 3D !

Si l’impression 3D permet d’obtenir des voitures, des organes humains, de la nourriture et bien d’autres choses, les cheveux semblaient plutôt échapper à ce destin, sûrement en raison du fait de la grande quantité d’éléments, qui sont également très fins.

Cependant, cette manipulation était déjà possible par le biais de logiciels qui nécessitaient de modéliser chaque cheveu de manière individuelle avant de rediriger les données vers un autre logiciel de « tranchage ». Ce dernier avait la mission de représenter le contour des cheveux tel un maillage fait de petits triangles, destinés à être traduits en sections horizontales puis en pixels prévus pour une impression couche par couche.

Cette technologie était plutôt compliquée puisque plusieurs heures étaient nécessaires à l’impression de 6000 cheveux, soit l’équivalent de la surface d’un timbre-poste. Désormais, grâce au travail d’une équipe de chercheurs du Media Lab Massachusetts Institute of Technology (MIT), un nouveau logiciel baptisé Cillia vient de voir le jour, et celui-ci permet une impression beaucoup plus rapide.

La modélisation des cheveux est plus commode puisqu’il s’agit d’entrer soi-même les données relatives à l’angle, l’épaisseur, la longueur et la densité des cheveux, afin d’obtenir la chevelure désirée. L’approche du MIT est innovante dans la mesure où la modélisation se fait par un empilement de pixels de taille de moins en moins importante en allant de la base vers la pointe. L’organisation des pixels peut être modifiée afin de changer les paramètres des cheveux.

Afin de produire des surfaces composées de milliers de cheveux, les chercheurs se sont aidés d’une technique de cartographie couleur. Autrement dit, les couleurs rouge, vert et bleu ont été utilisées pour représenter trois paramètres relatifs aux cheveux : longueur, largeur et angle. Un algorithme a été également mis au point par les chercheurs, dans le but de traduire la cartographie couleur en un réseau de cheveux assimilable par l’imprimante 3D.

« Notre objectif est d’utiliser pleinement le potentiel de l’impression 3D pour créer de nouveaux matériaux fonctionnels dont les propriétés seraient facilement réglables et contrôlables » indique Jifei Ou, un des chercheurs.

L’objectif de cette avancée ne serait pas vraiment destiné à fabriquer des perruques ou autres extensions, mais de créer de nouveaux matériaux utilisables. À suivre !

Sources : Futura Sciences : Tom’s Guide