in

300 millions de personnes seront touchées par les inondations en 2050

Crédits : Pixabay

Une étude suggère qu’en 2050, jusqu’à 300 millions de personnes vivant dans les zones côtières pourraient être victimes des inondations aggravées par le changement climatique.

Un rapport de la Banque mondiale suggérait il y a quelques mois que plus de 143 millions de personnes pourraient être contraintes de migrer à l’intérieur de leur propre pays d’ici 2050 à cause des effets du réchauffement climatique. Une étude récente publiée dans Nature Communications vient de multiplier ce nombre par deux.

Les précédentes estimations s’étaient appuyées sur les données satellitaires de la NASA. Le problème, c’est que cette approche confondait les toits et les forêts avec le sol. Autrement dit, une mégalopole tapissée de gratte-ciel comme Shanghai semblait présenter un risque d’inondations relativement faible.

Un groupe de chercheurs de l’association Climate Central s’est récemment appuyé sur une intelligence artificielle (réseaux de neurones) dans le but de corriger ces données d’élévation du sol. Et comme prévu, le nombre de populations à risques a été revu à la hausse.

Les projections du niveau de la mer n’ont pas changé“, explique Ben Strauss, coauteur de l’étude. “Mais lorsque nous utilisons nos nouvelles données d’altitude, nous constatons que le nombre de personnes vivant dans des zones vulnérables est bien supérieur à ce que nous avions compris auparavant“.

D’après ces chercheurs, l’Asie sera le continent le plus durement touché par la montée des eaux.  Ce sera le cas notamment en Chine, au Bangladesh, en Inde, au Vietnam, en Indonésie et en Thaïlande.

inondations
Dans quelques années, la ville de Shanghai sera beaucoup plus vulnérable aux inondations. Crédits : Pixabay

Multiplication des phénomènes extrêmes

Cette étude ne concerne pas que la hausse du niveau de la mer. Le réchauffement de l’atmosphère a également le pouvoir de multiplier les phénomènes météorologiques extrêmes comme les typhons et les cyclones. Ces formations ont le pouvoir d’inonder les côtes rapidement et de manière ponctuelle. Or, il ne fait aujourd’hui aucun doute que ces phénomènes vont être de plus en plus récurrents.

Les chercheurs estiment qu’en l’état actuel des choses, plus de cent millions de personnes vivent déjà dans des zones à risques. À mesure que la densité de population continuera de croître près des côtes et en supposant que rien n’est entrepris pour endiguer la crise climatique, ce nombre pourrait être multiplié par trois.

Les chercheurs soulignent également que même une réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui n’aura qu’un impact limité sur l’évolution de l’élévation du niveau de la mer au cours des prochaines décennies. En respectant les accords de Paris, le niveau des océans devrait quoiqu’il arrive monter d’environ un demi-mètre d’ici 2100.

Source

Articles liés :

Réchauffement climatique : nous ferions mieux de nous éloigner des côtes dès maintenant

Les inondations seront de plus en plus fréquentes dans le nord de la France

Trois fois plus de tempêtes violentes et d’inondations attendues en Europe