in

L’extinction menace maintenant plus de 222 espèces d’oiseaux

Le Harfang des neiges Crédits : Wikimedia Commons / Kathy & Sam

Un récent rapport comptabilise aujourd’hui 222 espèces d’oiseaux dans le monde entier en danger critique d’extinction. Selon cette dernière mise à jour de la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 13 % des espèces sont également en voie de disparition.

Qu’est-ce que le Harfang des neiges, le Kea et le Bruant auréole ont en commun ? La réponse est malheureuse : ce ne sont que quelques-unes des espèces d’oiseaux nouvellement inscrites “en danger critique” sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN. Cette nouvelle mise à jour, publiée le mois dernier par BirdLife International, cite le changement climatique et la surpêche comme principales causes du déclin de la population de nombreuses espèces, en particulier les oiseaux de mer.

Le Kea
Crédits : Flickr

Au total, 222 espèces d’oiseaux dans le monde entier sont maintenant considérées comme en danger critique. Certaines de ces espèces pourraient d’ailleurs déjà avoir disparu : 21 d’entre elles n’ont en effet pas été observées depuis des années. Parmi les celles particulièrement ciblées par ce rapport, citons le Bruant auréole (Emberiza aureola), qui a vu sa population chuter de 80 % au cours des 13 dernières années. Cet oiseau asiatique aux couleurs vives est aujourd’hui braconné pour être vendu comme nourriture sur le marché noir chinois, bien qu’il soit légalement protégé dans ce pays.

Le Bruant auréole (emberiza aureola)
Crédits : Flickr

En plus de la liste des espèces en danger critique d’extinction, 461 autres espèces d’oiseaux sont maintenant considérées comme « en danger », et 786 autres sont considérées comme « vulnérables ». Actuellement, 13 % des espèces d’oiseaux dans le monde sont considérées comme potentiellement menacées. Les harfangs des neiges (Bubo scandiacus), qui figuraient auparavant parmi les moins préoccupantes, sont maintenant considérés comme vulnérables. Les Mouettes tridactyles (Rissa tridactyla) ne peuvent plus nourrir leurs oisillons à cause de la surpêche, à l’instar du Fou du Cap (Morus capensis), qui compte désormais sur les rejets des bateaux – essentiellement de la “malbouffe” à faible nutrition qui diminue le taux de survie des poussins.

Les Mouettes tridactyles (Rissa tridactyla)
Crédits : Pixnio

En outre, le Kea (Nestor notabilis) – un perroquet néo-zélandais – fait aujourd’hui les frais des touristes. Malgré les interdictions et les avertissements, ces derniers continuent de les nourrir avec des aliments malsains pour ces oiseaux, comme le pain. Notons tout de même quelques points positifs : plusieurs douzaines d’espèces d’oiseaux se portent mieux et ont été déclassées. Parmi elles, deux espèces de kiwi, cinq hiboux, trois perruches et un certain nombre de fauvettes et bavards – preuve que les efforts de protection fonctionnent, et que le sort de nombre de ces espèces menacées peut encore être renversé.

Source