in

Plus d’un million de nouvelles IST sont déclarées chaque jour, alerte l’OMS

Crédits : Pixabay

Un récent communiqué de l’OMS nous révèle que plus d’un million de nouveaux cas d’infections sexuellement transmissibles (IST) surviennent chaque jour parmi les 15-49 ans.

Il y aurait eu en 2016, chez les 15-49 ans, 127 millions de nouveaux cas de chlamydiose, 87 millions de nouveaux cas de gonorrhée, 6,3 millions de nouveaux cas de syphilis et 156 millions de nouveaux cas de trichomonase. Au total, ce sont donc 376 millions de nouveaux cas d’IST qui ont été déclarés cette année-là, partout dans le monde. Inquiétant, puisque la publication des dernières données en 2012 nous avait révélé des chiffres similaires. Il n’y a donc pas eu de baisse significative du nombre de nouveaux cas ou de cas existants. Un constat qui, forcément, alerte l’OMS.

« Nous constatons une absence inquiétante de progrès dans l’endiguement des infections sexuellement transmissibles au niveau mondial, peut-on lire dans le communiqué. C’est un signal d’alarme qui doit nous pousser à mener un effort concerté pour que chacun, où qu’il se trouve, puisse accéder aux services dont il a besoin pour prévenir et traiter ces maladies débilitantes ».

Modes de transmission et complications

On rappelle que, non traitées, ces IST peuvent entraîner de sérieuses complications pour les personnes concernées. L’OMS soulève des maladies neurologiques ou cardiovasculaires, des problèmes de grossesses extra-utérines, ou de mortinaissances. La syphilis par exemple, aurait entraîné à elle seule 200 000 mortinaissances et décès néonatals en 2016.

L’OMS rappelle également que ces quatre IST se transmettent principalement à l’occasion de rapports sexuels non protégés (vaginaux, oraux ou anaux). La chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis peuvent également se transmettre pendant la grossesse ou l’accouchement. Notons enfin que la syphilis (qui se démarque une fois de plus) peut se transmettre par contact avec du sang infecté.

OMS Préservatif
Crédits : Pixabay

Symptômes et prévention

Concernant les symptômes, ils peuvent être variés. Ils incluent notamment de la fièvre, des douleurs dans le bas-ventre, des démangeaisons ou des écoulements anormaux au niveau des organes génitaux, des éruptions cutanées, une sensation de brûlure en urinant ou encore des rougeurs des organes génitaux. Chez les femmes, les règles peuvent être plus douloureuses que d’habitude, et chez les hommes les testicules peuvent enfler. En cas de doute, n’hésitez surtout pas à consulter votre médecin traitant.

Notons que toutes ces infections peuvent être traitées. Malgré tout, il convient de signaler que la résistance aux traitements de la gonorrhée se fait de plus en plus ressentir. À terme, il est donc possible que la maladie devienne impossible à soigner.

Le seul moyen de lutter contre ces infections reste d’adopter des pratiques sexuelles sûres en utilisant des préservatifs. L’OMS insiste également sur la nécessité d’effectuer des dépistages réguliers. Celui de la syphilis, par exemple, devrait être systématique pour toutes les femmes enceintes, recommande l’organisation.

Source

Articles liés :

Vous faites un « burn-out » ? L’OMS le reconnait officiellement comme une maladie professionnelle

Pas d’écran pour les enfants de moins de 2 ans, conseille l’OMS

Rapport de l’OMS : la pollution de l’air tue 600 000 enfants par an

Notez cet article