in

Conduite autonome : en quoi connaître la peur pourrait-il aider l’IA ?

Crédits : Kwangmoozaa / iStock

Selon les ingénieurs de Microsoft, doter les IA d’une sorte de peur pourrait en faire de meilleures conductrices. Ceci pourrait permettre une meilleure sécurité en ce qui concerne les voitures autonomes.

Aider l’IA dans sa prise de décision

Dans un article paru dans Science magazine le 10 mai 2019, les ingénieurs de Microsoft veulent donner aux intelligences artificielles la possibilité d’avoir peur. Il faut savoir qu’habituellement, les IA utilisent la méthode consistant à essayer, faire des erreurs et recommencer jusqu’à la réussite. Évidemment dans le cadre des véhicules autonomes, il pourrait être plus rassurant de trouver une autre méthode.

Or, les ingénieurs de Microsoft tiennent peut-être une piste en voulant donner aux IA la capacité de ressentir une forme de peur. Il s’agirait d’un ressenti proche de l’anxiété chez les humains. Les chercheurs estiment qu’une méthode basée sur cette option permettrait de soutenir l’IA dans sa prise de décision. Il est notamment question d’aider cette dernière à cerner plus rapidement le moment ou il faudrait éviter de braver le danger.

Les ingénieurs expliquent avoir placé des capteurs sur des humains afin d’enregistrer leurs réactions. Le but ? Mesurer la peur de ces volontaires placés aux commandes d’un véhicule dans un simulateur de conduite. Ensuite, les données obtenues ont été utilisées par un algorithme afin de prévoir les réactions d’une personne effectuant ce même parcours virtuel. Des « signaux de peur » ont alors été identifiés et classés comme étant des indicateurs de mauvaise conduite.

Crédits : Nvidia

De meilleurs résultats

« Tout comme les humains qui apprennent à naviguer dans le monde, les réponses du système nerveux autonome (par exemple “faire face” ou “fuir”) fournissent un retour d’information intrinsèque sur les conséquences potentielles des choix d’action (par exemple, devenir nerveux à l’approche d’un bord de falaise ou rouler rapidement dans un virage). », peut-on lire dans l’article.

Les tests effectués ont permis d’observer un quart d’accidents en moins pour les intelligences artificielles dotées de cette méthode – pour des performances équivalentes aux IA habituelles. Selon les meneurs de cette expérience, inclure aux IA un sentiment analogue à l’anxiété humaine permettrait une meilleure fiabilité des véhicules sur la route.

Il s’agit cependant de compléter les dispositifs actuels utilisant une armée de chiffres dans le but de prédire les risques. Actuellement, les IA évaluent le danger relatif à un mur ou un ravin en prenant en compte la distance. En revanche, la peur – notamment le fait de tourner trop brusquement – serait plus utile et permettrait une prise de décision plus sereine.

Source

Articles liés :

Conduite autonome : Nvidia recadre subtilement Tesla au sujet de sa technologie autonome !

Bienvenue à K-City, la ville entièrement pensée pour tester les voitures autonomes !

Cette IA a appris à piloter une voiture autonome en un temps record !

Notez cet article