in ,

Une vidéo nous montre ce qu’il advient d’un alligator mort au fond de la mer

Crédits : LUMCON

Une vidéo inédite nous montre ce qu’il advient du corps d’un alligator mort au fond de l’océan, à 2 000 mètres de profondeur. Et comme vous allez pouvoir le voir, de grosses bébêtes sont à l’œuvre.

Pourquoi une telle étude ? Pour analyser la manière dont les matériaux provenant d’environnements terrestres enrichissent les réseaux trophiques dans les environnements océaniques profonds. Pour ce faire, une équipe de chercheurs dirigée par Craig McClain et Clifton Nunnally, du Consortium marin de l’Université de la Louisiane, ont eu l’idée de placer à 2 000 mètres de profondeur trois corps d’alligators décédés. Pourquoi des alligators ? En partie parce qu’ils sont relativement proches des grands reptiles marins qui vivaient dans les océans il y a plusieurs millions d’années. Ainsi, ces animaux constituent un bon indicateur pour étudier les réseaux alimentaires du passé.

Isopodes géants

Pour savoir comment réagissent les “abysses” à cette source de nourriture venue “d’en haut”, direction le Golfe du Mexique. Après avoir placé les corps des alligators (2 à 2,5 mètres de long) sur trois emplacements différents, un robot téléguidé s’est ensuite chargé d’attendre et de filmer ce qui allait se passer. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les chercheurs ne s’attendaient pas à ça. Au bout de quelques heures seulement, des isopodes géants se sont rués sur les carcasses, profitant d’un repas copieux et inattendu.

Charognards des fonds marins

Ces crustacés sont apparentés de manière lointaine aux punaises de lit. Sauf qu’ici, ils ont à peu près la taille de ballons de football. Armées de leurs puissantes mandibules, les créatures ont alors commencé à déchirer la chair, se délectant de viande d’alligator jusqu’à plus faim. Ces animaux se présentent en quelque sorte comme les charognards des fonds marins, débarrassant le plancher océanique des carcasses de baleines, dauphins et autres gros poissons. Les alligators peuvent également figurer au menu. Il n’est en effet pas rare que certains spécimens échoués sur les rives se retrouvent emportés au large avant de couler.

Notons par ailleurs que ces créatures ont une incroyable capacité à stocker l’énergie accumulée, notent les chercheurs. Après un tel dîner, ces isopodes géants pourraient ne pas avoir besoin de se nourrir pendant des mois, voire des années. Les chercheurs prévoient également de redescendre observer les carcasses pour analyser les autres charognards à l’œuvre. Car comme sur terre, ce sont les plus gros se servent en premier. Les isopodes étant désormais rassasiés, d’autres êtres plus petits devraient pouvoir en profiter.

Source

Articles liés :

Cet ancêtre du crocodile ressemblait aussi à un requin

Pourquoi des chercheurs ont-ils mis un crocodile dans un appareil d’IRM et joué de la musique classique ?

Les restes d’un crocodile préhistorique géant retrouvés en Tunisie

Notez cet article