in

Une nouvelle espèce humaine découverte

Comparaison des dents de Homo luzonensis (à gauche), de Homo erectus (au centre) et de Homo sapiens (à droite). Crédits : Callao Cave Archaeology Project

On ne la connaît que grâce à quelques dents, un fémur et des os de pied et de main. Mais c’est confirmé, la lignée humaine compte une nouvelle espèce : l’Homme de Callao, découvert aux Philippines. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature.

Des restes d’Homo Sapiens avaient été découverts dans la grotte de Callao, sur l’île de Luçon aux Philippines. Mais ces ossements dataient de 30 000 à 40 000 ans. Nous savons ainsi qu’à cette époque, certains de nos ancêtres vivaient dans le coin. Un os de pied en revanche (troisième métatarsien), découvert en 2007, était plus vieux – estimé à environ 67 000 ans. Les chercheurs étaient alors perplexes. Si ce petit bout d’os n’était pas celui d’un Homo Sapiens, à qui appartenait-il ? Pour répondre à cette question, l’idéal aurait été de mettre la main sur d’autres ossements. Et c’est exactement ce qu’il vient de se passer.

Les plus anciens restes humains découverts dans l’archipel

Une équipe de chercheurs annonce en effet avoir découvert douze autres fragments d’anciens humains, dans la même couche de roche où fut initialement retrouvé l’os de pied. Parmi eux figurent des os de la main, un morceau de fémur et quelques dents. En outre, ces restes n’appartenaient qu’à un unique individu. Il y en avait trois : deux adultes et un enfant. Après analyses, il ressort que ces ossements n’appartiennent à aucune espèce d’hominidé connue. C’est donc une nouvelle branche qui vient s’inscrire dans le buisson foisonnant de l’évolution humaine. Dites bonjour à Homo luzonensis – ou l’Homme de Callao.

homo luzonensis grotte
La grotte de Callao (Philippines) où ont été retrouvés les restes fossiles d’Homo luzonensis. Crédits : CALLAO CAVE ARCHAEOLOGY PROJECT

Une espèce naine ?

« C’est le plus ancien hominidé jamais trouvé aux Philippines », explique l’archéologue Florent Détroit, du Musée d’Histoire Naturelle de Paris. Côté physique, Homo luzonensis présente un mélange de caractères archaïques et modernes. Ses dents prémolaires par exemple, présentent des traits communs avec les Australopithèques et Homo erectus, tandis que ses molaires, bien que plus petites, ont une forme plus semblable à celles d’Homo sapiens. Homo luzonensis était par ailleurs très petit. Plus petit même que l’Homo floresiensis – dit le “Hobbit” – découvert en 2004 sur une île indonésienne.

Les os du pied, en particulier de l’orteil, sont également beaucoup plus courbés que les nôtres, ce qui suggère qu’ils auraient pu être d’excellents grimpeurs. « Cette phalange ressemble beaucoup à celle de l’Australopithèque, connu seulement en Afrique et à des périodes bien plus anciennes (il y a environ 2 à 3 millions d’années). Un individu présentant ces caractéristiques combinées ne peut être classé dans aucune des espèces connues de nos jours », ajoute le chercheur.

Les chercheurs ambitionnent maintenant d’en apprendre davantage sur la manière dont cette nouvelle espèce pourrait s’intégrer dans notre arbre généalogique. Ils aimeraient également se pencher sur les propriétés biomécaniques de ces fossiles, pour tenter de comprendre comment cette espèce bougeait et se déplaçait. Était-elle en capacité de manier des outils ? À quoi ressemblait son visage ? Tant de questions qui trouveront peut-être des réponses avec la découverte de nouveaux fossiles. D’ailleurs, les chercheurs ont déjà repris les fouilles.

Source

Articles liés :

Little Foot pourrait être une nouvelle espèce d’hominidé, capable de marcher

Si vous avez de l’herpès génital, c’est à cause de cet hominidé

Cette empreinte pourrait avoir été laissée par l’un des derniers Néandertaliens

Une nouvelle espèce humaine découverte
noté 5 - 2 votes