in

Un “préservatif à consentement” qui ne s’ouvre qu’à quatre mains

Crédits : Capture d'écran Twitter

Une marque argentine de préservatifs interroge sur la question du consentement sexuel avec un nouvel emballage nécessitant une ouverture à quatre mains.

Au cours de ces derniers mois, le mouvement #MeToo et les récits d’agressions sexuelles ont amené à une remise en question générale, axée sur l’importance du consentement. L’entreprise Tulipán, spécialisée dans les sex-toys, en est également, proposant désormais un emballage de préservatif qui nécessite “forcément” le consentement des deux parties. Le principe est simple : pour ouvrir et utiliser le préservatif, il faut nécessairement quatre mains. En d’autres termes : être deux.

« Pour cette campagne, nous avons compris que nous devions parler de la chose la plus importante dans chaque relation sexuelle : le plaisir n’est possible qu’en cas de consentement mutuel, explique Joaquin Campus, de l’agence de pub BBDO qui a accompagné le lancement du produit. Si ce n’est pas un oui, c’est un non ».

Une formule qui séduit

Le préservatif se retrouve ici piégé dans un emballage qui ne s’ouvre que si deux personnes appuient simultanément sur différents points de pression situés sur les côtés du packaging. Pour l’heure, ces dispositifs sont distribués gratuitement dans des bars de Buenos Aires, mais ils semblent rencontrer un franc succès. Au point que la société pourrait bientôt les commercialiser dans tout le pays au cours de cette année, ou au début de l’année prochaine.

On estime aujourd’hui qu’1 femme sur 5 et 1 homme sur 71 sont violés à un moment de leur vie. Par ailleurs, plus de la moitié des femmes victimes affirment avoir été agressées par leur propre partenaire. Bien sûr, le simple fait de demander à deux personnes d’ouvrir l’emballage ne préviendra pas les viols, mais faire participer les deux parties au processus est sans aucun doute un excellent point de départ. Et si la méthode fonctionne, d’autres enseignes pourraient alors emboîter le pas.

Rappels de précaution

Rappelons tant que nous y sommes quelques précautions d’utilisation. Il y a quelques mois en effet, le laboratoire Terpan, à l’occasion du Sidaction, avait tenu à rappeler les gestes à ne pas commettre pour éviter toute éventuelle transmission de maladie. En premier lieu, il reste important de choisir la bonne taille de préservatif. Si celui-ci est trop large, il risque de s’échapper. Au contraire, une protection trop serrée augmente les risques de déchirures.

Pensez également à vérifier la date de péremption du préservatif, ou encore la présence des logos NF (norme française) ou CE (norme européenne), afin de s’assurer de la qualité du produit. Il est par ailleurs très important de prendre ses précautions lors de l’ouverture de l’étui pour éviter tout risque de déchirure. Enfin, notez qu’un préservatif trop sec aura plus de chances de se déchirer. Ainsi, il est parfois conseillé d’utiliser du lubrifiant.

Source

Articles liés :

Des chercheurs développent un préservatif aussi fin qu’un cheveu fabriqué à base d’herbes

Des collégiens mettent au point le préservatif qui change de couleur en cas d’IST

Le préservatif en spray, moyen de contraception du futur ?

Notez cet article