in ,

Un premier cœur imprimé en 3D avec des tissus humains

Un prototype de coeur en impression 3D de la taille d'un coeur de lapin. Crédits : Jack Guez

Une équipe de chercheurs de l’Université de Tel Aviv annonce avoir imprimé en 3D un petit cœur en utilisant des tissus humains. Une avancée majeure qui, un jour, pourrait bien rendre le don d’organes obsolète.

Il faudra encore patienter quelques années avant de pouvoir imprimer et greffer des cœurs humains, mais une étape cruciale vient franchie. Le professeur Tal Dvir, de l’Université de Tel Aviv (Israël), vient en effet d’annoncer qu’il a pu développer un premier cœur avec ses vaisseaux sanguins, à partir de cellules provenant d’un patient. La taille de l’organe ne dépasse pas celle d’une cerise, mais la technique promet de pouvoir, un jour, traiter de nombreuses maladies cardiovasculaires grâce à des cœurs imprimés et greffés directement aux patients. Le tout sans risques de rejets.

« C’est la première fois qu’on imprime un cœur dans son intégralité avec ses cellules et ses vaisseaux sanguins, explique le professeur Tal Dvir. C’est aussi la première fois qu’on utilise de la matière et des cellules provenant du patient ».

Une structure biocompatible

Des structures cardiaques avaient déjà été développées il y a quelques années. Une équipe de l’ETH Zurich avait alors créé un cœur artificiel imprimé en 3D, en utilisant non pas des tissus humains, mais un matériau artificiel et flexible. Cette fois-ci, les chercheurs ont eu l’idée de produire – à partir de cellules prélevées sur le tissu du patient – un hydrogel permettant de façonner des patchs cardiaques vascularisés parfaitement compatibles avec le receveur.

Ces patchs vascularisés, une fois transplantés, servent d’échafaudages, soutenant mécaniquement les cellules et favorisant leur réorganisation en un tissu fonctionnel. « Lorsque la pleine intégration à l’hôte commence, les biomatériaux se dégradent progressivement, laissant un espace vital fonctionnel qui régénère le cœur », peut-on lire dans l’étude.

Traiter les patients en attente d’une greffe

Jusqu’à présent, les transplantations cardiaques étaient l’une des seules options permettant de soulager les maladies cardiovasculaires les plus graves. Malheureusement les donneurs manquent, et les risques de rejets sont nombreux. Ce “cœur”, ici développé, est de son côté parfaitement « biocompatible avec le patient et ne provoquera pas de réponse immunitaire », peut-on lire. À ce stade, les cœurs produits sont de la taille de ceux de petits animaux, mais leur format pourra être augmenté au cours de ces prochaines années, pour finalement parvenir à celle d’un cœur humain.

La greffe sur des patients humains n’est donc pas pour demain. Peut-être « dans une dizaine d’années », estiment les chercheurs. En attendant, des premiers cœurs imprimés pourront être greffés sur des animaux d’ici quelques mois. « Je ne veux pas donner de calendrier pour les essais sur l’Homme, concède Tal Dvir. Ce que je peux imaginer, c’est que dans 10 ans il y aura des imprimantes 3D dans les hôpitaux, que ces imprimantes imprimeront des organes pour les patients, et qu’ils commenceront probablement à le faire avec des organes plus simples que le cœur ».

Source

Articles liés :

Comment le fait de mal dormir peut nuire à votre cœur ?

La pollution de l’air ferait gonfler votre cœur

5 signes extérieurs étranges qui pourraient indiquer que votre cœur est en difficulté

Un premier cœur imprimé en 3D avec des tissus humains
noté 3.5 - 4 votes