in

Oceanix : une ville “flottante” construite pour les réfugiés climatiques

Crédits : Oceanix

Mercredi dernier se sont réunis constructeurs, ingénieurs et architectes pour présenter Oceanix : une ville flottante soutenue par l’ONU, construite pour les réfugiés des catastrophes climatiques.

Répondre aux menaces climatiques

De nombreux projets futuristes ont été pensés par le passé, mais beaucoup n’ont jamais vu le jour. Maimunah Mohd Sharif, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), en est consciente. En ce sens, elle a tenu il y a quelques jours à confirmer que l’organisation allait soutenir et mener ce dessein à terme. Le projet, baptisé Oceanix City, vise à construire une ville flottante et abordable, capable d’accueillir à l’avenir les réfugiés climatiques.

Marc Collins, PDG d’Oceanix, estime en effet qu’un projet de ville flottante répondrait à la fois aux graves pénuries de logements et aux menaces de la montée du niveau de la mer. Les structures devaient également être conçues pour résister aux éventuelles inondations, tsunamis et autres ouragans. En charge du projet, le célèbre architecte Bjarke Ingels a ainsi dû imaginer des plans répondant à ces conditions. Sa solution : d’immenses plateformes flottantes hexagonales de 15 000 m² – la taille de deux terrains de foot.

oceanix
Crédits : Oceanix

Des villages “durables”

Chaque plateforme pourrait alors contenir chacune environ 300 résidents. Les concepteurs considèrent un groupe de six plateformes comme un “village”. La ville entière contiendrait alors au moins six villages, pour un total d’environ 10 000 habitants. Pour maintenir un centre de gravité bas, les bâtiments construits en matériaux durables n’auraient que sept étages au maximum. Sur place, vous ne retrouverez aucune voiture, ni camion. Les livraisons se feront par drones. Pour extraire les ordures, l’architecte a par ailleurs imaginé des tubes pneumatiques visant à transporter les déchets vers un poste de tri, où ils pourraient être traités et réutilisés.

Oceanix
Crédits : Oceanix

On apprend également qu’Oceanix pourrait expérimenter le concept “d’agriculture marine”. L’idée consisterait à faire pousser des aliments sous la surface de l’eau. La société Ocean Reef développe ces nouvelles fermes depuis quelques années déjà dans la province de Savone, au large des côtes italiennes. L’eau de pluie sera également récupérée, et l’eau de mer sera dessalée. Globalement, l’objectif sera donc de réduire au maximum les déchets et de produire suffisamment d’eau et de nourriture – de manière durable – pour tous les habitants.

oceanix
À terme, nous devrions être capables de faire pousser des aliments sous la surface de l’eau. Crédits : Oceanix

En plus des maisons, il est également question que la ville propose un centre spirituel, un centre culturel et une bibliothèque. Oceanix envisage par ailleurs de placer ces villages flottants – qui seront en fait amarrés au fond de l’eau – à environ 1,5 kilomètre au large des grandes villes côtières. Ces plateformes pourraient également être remorquées et déplacées en cas de besoin.

Si le concept d’Oceanix City s’adressera en premier lieu aux zones tropicales, les plus menacées par les catastrophes naturelles et où la culture est plus facile, il pourrait, à terme, se multiplier suffisamment pour être proposé à travers le monde. On estime aujourd’hui que 2,4 milliards d’habitants vivent actuellement sur les côtes, et sont donc directement menacés par la montée des eaux.

Source

Articles liés :

Le changement climatique a transformé certains Néandertaliens en cannibales

Des pigeons munis de sacs à dos recueillent des données climatiques

Climat : “nous nous dirigeons vers une catastrophe”

Oceanix : une ville “flottante” construite pour les réfugiés climatiques
noté 4 - 2 votes