Londres va délimiter une “zone à ultrabasse émission” de CO2

Crédits : Wikipedia

Le maire de Londres a validé une nouvelle taxe à l’attention des véhicules polluants désirant pénétrer dans le centre de la capitale du Royaume-Uni. Il s’agit d’une taxe à la journée concernant une zone précise, mais qui est vouée à s’étendre à l’avenir.

Une zone à ultrabasse émission

Il semble que Londres désire en finir avec sa réputation de ville comptant parmi les plus polluées d’Europe ! Comme l’explique Euronews dans un article du 8 avril 2019, le maire de Londres Sadiq Khan est à l’origine d’une nouvelle redevance dont les citoyens devront s’acquitter afin d’entrer dans le cœur de la ville.

Cette taxe de 14,50 euros par jour s’appliquant 24 heures sur 24 concerne les véhicules diesel de plus de quatre ans et ceux essence âgés de plus de treize ans. La taxe s’appliquera au sein de l’Ultra Low Emission Zone (ULEZ), concernant dans un premier temps seulement la Cité de Londres (centre).

« L’air toxique de Londres est un tueur invisible, causant des milliers de décès prématurés et un retard de croissance des poumons des enfants », a déclaré Sadiq Khan dans un tweet, le jour de l’entrée en vigueur de la taxe.

Une zone vouée à s’étendre

Dès octobre 2020, la zone à ultrabasse émission entrera dans une nouvelle phase incluant le Grand Londres dans son ensemble, c’est-à-dire la Cité de Londres et ses 32 districts. En revanche, seuls seront concernés par la taxe les camions et autres véhicules de plus de 3,5 tonnes. Un an plus tard, la taxe originelle concernant les anciens véhicules diesel et essence s’étendra à une zone englobant la dizaine de districts autour de la Cité de Londres, à savoir environ un gros tiers du Grand Londres.

Si la taxe journalière de 14,50 euros peut être jugée élevée, les contrevenants verront s’alléger leur portefeuille d’environ 186 euros ! Pour les camions et plus de 3,5 T, le montant de la taxe dépassera la centaine d’euros, un montant évidemment plus que décourageant. Pour l’instant, seuls les taxis sont épargnés ainsi que les résidents du centre historique. En revanche, ces derniers devront changer leur véhicule avant octobre 2021 afin de répondre aux normes de la ville. Il faut également savoir que la fameuse taxe est destinée à remplacer la T-Charge (Toxic charge) en vigueur depuis 2017, et qu’elle n’empêchera pas de continuer à s’acquitter du péage urbain, dont le tarif est d’environ 13,50 euros !

En termes de pollution, la capitale du Royaume-Uni s’était déjà distinguée en 2017. La compagnie des eaux Thames Water avait mis à jour le plus imposant amas de graisse découvert dans les égouts de la ville. Il sera difficile de faire mieux car ce « fatberg » mesurait 250 mètres de long !

Voici le court reportage tourné par Euronews à Londres au sujet de la nouvelle taxe :

Source

Articles liés :

Devrait-on réellement faire du sport dans une ville polluée ?

Bangkok fait face à la pollution de l’air avec des pluies artificielles !

Une taxe de 15 € pour pouvoir respirer à l’aéroport de Caracas !

Notez cet article