in ,

L’espérance de vie dans le monde en hausse de 5,5 ans depuis 2000

Crédits : Pixabay

L’espérance de vie dans le monde a augmenté de 5,5 ans entre 2000 et 2016, vient d’annoncer l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le rapport souligne également des différences entre les sexes.

Des progrès en Afrique subsaharienne

Globalement, on vit plus longtemps dans le monde qu’il y a 16 ans. C’est du moins la conclusion d’un nouveau rapport de l’OMS publié ce jeudi. On y apprend en effet qu’un enfant né en 2016 pourra espérer vivre jusqu’à 72 ans, contre 66 ans et demi pour un enfant né en l’an 2000. Un constat encourageant, expliqué en grande partie par la baisse du nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans. En particulier en Afrique subsaharienne. De nombreux progrès ont en effet été réalisés dans la lutte contre le paludisme, la rougeole, ou encore le VIH, note l’OMS.

Malgré ces progrès, le rapport souligne qu’il reste encore d’importants écarts d’espérance de vie entre les pays en développement et les pays développés. Les habitants des pays à faible revenu vivraient en moyenne 18 ans de moins que ceux des pays à revenu élevé.

Les femmes vivent plus longtemps

Autre point important : l’inégalité entre les sexes. Dans le monde, les femmes vivent en effet plus longtemps que les hommes. Globalement, les filles nées en 2016 vivront jusqu’à l’âge de 74,2 ans, tandis que les garçons vivront en moyenne 69,8 ans, peut-on lire. Pour expliquer cet écart, le rapport souligne que les femmes ont tendance à davantage profiter des soins de santé mis à leur disposition.

Dans les pays confrontés aux épidémies de VIH ou à la tuberculose par exemple, les femmes sont beaucoup plus enclines que les hommes à se faire dépister. Elles ont ainsi davantage accès aux traitements proposés, si besoin est.

vaccin
En Afrique subsaharienne, des progrès ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme, ou encore la rougeole. Crédits : Flickr/ Pan American Health Organization PAHO

Notons par ailleurs deux autres points importants. La Syrie, premièrement, qui vient d’essuyer huit années de guerre, a vu son espérance de vie diminuer de près de 10 ans en 16 années seulement (73 ans en 2000 et 63,8 ans en 2016). Aux États-Unis, d’un autre côté, l’espérance de vie a également baissé, mais de manière différente. Celle-ci a en effet augmenté de près de trois ans entre 2000 et 2014 (76,6 ans puis 79 ans). En revanche, elle est passée à 78,5 ans en 2016.

Pour Samira Asma, responsable des données et des analyses à l’OMS, cette baisse du taux d’espérance de vie est à mettre en partie au crédit de l’épidémie d’obésité qui sévit depuis plusieurs années outre-Atlantique. Il y a quelques mois, le CDC avait également souligné une hausse vertigineuse de 21 % du taux de mortalité dû aux overdoses de drogues.

Source

Articles liés :

Et si un test pouvait prédire notre espérance de vie ?

La religion a-t-elle une incidence sur l’espérance de vie ?

En 2030, l’espérance de vie à la naissance pourrait flirter avec les 90 ans

Notez cet article