in

Les zoos pour enfants seraient de véritables nids à bactéries

Crédits : Pixabay

Une étude suggère que les animaux dans les zoos pour enfants sont porteurs de bactéries multi-résistantes capables d’infecter les humains. Les chercheurs appellent à des mesures d’hygiène plus soutenues.

L’étude, menée par le professeur Shiri Navon-Venezia de l’Université d’Ariel, en Israël, visait à explorer les risques de transmission bactérienne dans les zoos pour enfants. Ces structures – contrairement aux zoos classiques – permettent en effet une exposition directe des enfants (et parents) à un large éventail d’espèces animales. Chaque individu peut donc ici caresser, enlacer, et être léché par un animal. Ou encore, moins réjouissant, respirer des résidus de matières fécales en suspension. Une question se pose alors : quels sont les risques sanitaires ? Les résultats, présentés au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) à Amsterdam, aux Pays-Bas, ne sont pas très bons.

35 espèces identifiées

Pour cette étude, les chercheurs ont analysé huit zoos situés en Israël. Ils ont prélevé des échantillons de matières fécales, de peau, de fourrure ou de plumes chez 228 animaux de 42 espèces. Au total, 382 échantillons ont été collectés. Il ressort après analyses que 12 % des animaux portaient en eux au moins une souche bactérienne résistante à un certain nombre d’antibiotiques couramment utilisés.

Au total, 35 espèces de bactéries auraient été identifiées. Parmi elles figuraient E. coli ST656, connue pour provoquer la diarrhée du voyageur. Ou encore E. coli ST127, qui provoque des infections des voies urinaires chez l’Homme. On note également que 77 % de ces agents pathogènes ont été récupérés à partir de matières fécales. Les bactéries restantes sont été retrouvées sur la peau, le pelage ou les plumes des animaux.

L’étude nous révèle également que lorsqu’un animal est traité avec des antibiotiques, il était sept fois plus susceptible de se débarrasser de ses bactéries résistantes.

ferme lamas
Les zoos et fermes pour enfants sont de véritables nids à bactéries. Crédits : Pixabay

Des mesures d’hygiène impératives

« Nos résultats démontrent que les animaux dans les zoos pour enfants peuvent entraîner la transmission d’agents pathogènes. Et ceux-ci sont susceptibles de provoquer des maladies pour les visiteurs, même lorsque les animaux paraissent en bonne santé, explique Shiri Navon-Venezia. Au-delà de ça, nous reconnaissons la haute valeur éducative et émotionnelle de ces zoos pour les enfants. Aussi nous recommandons vivement aux équipes de gestion de mettre en œuvre une politique stricte en matière d’hygiène et de contrôle des infections. Ainsi qu’une politique rationalisée en matière d’antibiotiques. Le but étant de réduire le risque de transmission entre les animaux et les visiteurs ».

À titre d’exemple, les chercheurs proposent d’installer des points permettant de se laver les mains avant et après avoir interagi avec les animaux. Il serait également sage d’interdire de manger et de boire auprès des animaux. Ou encore d’interdire toute interaction avec ceux non traités avec des antibiotiques.

Source

Articles liés :

Naissance rare d’un rhinocéros noir dans un zoo australien

La station spatiale internationale est pleine de bactéries

Une poudre de bactéries pour nourrir les Hommes ?

Notez cet article