La vaccination contre le HPV, la meilleure arme contre le cancer

Crédits : iStock

La vaccination contre le papillomavirus humain – HPV – chez les filles âgées de 12 à 13 ans semble entraîner une réduction spectaculaire du nombre de maladies du col utérin, révèle une étude menée en Écosse. La même chose est observée en Australie.

Le cancer du col de l’utérus fait encore de nombreuses victimes dans le monde. C’est d’ailleurs le quatrième cancer le plus mortel chez les femmes. Nous savons en revanche qu’un traitement précoce maximise les chances de rémissions. Pour s’attaquer à ce cancer, le mieux est encore de s’intéresser à ce qui le provoque. En ce sens, le HPV, une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes, est une cible toute trouvée. Et ça fonctionne. Vaccinez les jeunes filles de 12-13 ans et vous remarquerez une baisse incroyable du nombre de maladies du col utérin.

Près de 90 % de risques en moins

C’est du moins ce qui est observé en Écosse qui, en 2008, a lancé un programme de vaccination contre le HPV. Une équipe de l’Université d’Édimbourg s’est appuyée sur ces données pour mesurer son impact sur les néoplasies cervicales intraépithéliales (NCI). Il s’agit de lésions précancéreuses. Celles-ci sont divisées en plusieurs grades : NCI1, +2 ou +3. Pour faire simple, plus le nombre est élevé, plus le risque de développer un cancer invasif l’est également.

Les chercheurs ont ensuite analysé les registres de vaccination et de dépistage de 138 692 femmes nées entre 1988 et 1996, dont les résultats avaient été enregistrés à l’âge de 20 ans (l’âge du premier dépistage du cancer du col utérin en Écosse jusqu’en 2016).

Il ressort alors de cette étude que par rapport aux femmes non vaccinées nées en 1988, les femmes vaccinées nées en 1995 et 1996 affichaient une réduction de 89 % de NCI de grade 3, une réduction de 88 % de NCI de grade 2, et une réduction de 79 % de NCI de grade 1.

On note également que plus le vaccin est précoce, plus il est efficace (86 % pour les CIN de grade 3 ou moins pour les femmes vaccinées de 12 à 13 ans, contre 51 % pour les femmes vaccinées à 17 ans).

virus hpv
Micrographie électronique d’un virus du papillome humain (HPV). Crédits : domaine public

L’immunisation avec le vaccin contre le HPV semble ainsi très efficace contre les maladies cervicales de haut grade. Du moins en Écosse. Mais on note que l’Australie, qui a mis en place en 2007 une campagne de vaccination des jeunes adultes, obtient des résultats similaires. Le pays serait même « en passe d’éliminer le cancer du col utérin en tant que problème de santé publique d’ici 2028 », pouvait-on même lire il y a quelques semaines dans The Lancet Public Health.

Articles liés :

Cette IST pourrait devenir la prochaine superbactérie

Pourquoi l’OMS appelle à une réduction des naissances par césarienne

Syndrome des ovaires polykystiques : symptômes et traitement

Notez cet article