in

La Suisse a décidé que le café n’était plus essentiel à la vie

Crédits : Pixabay

En cas de pénurie alimentaire, les Suisses vont devoir faire sans le café. La précieuse denrée n’est en effet plus jugée “indispensable”, car trop peu calorique.

Entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, la Suisse a décidé de mettre en place un système de stockage de nourriture d’urgence. L’idée est simple : mettre à manger de côté en cas de “jours difficiles”. Autrement dit, dans le cas où une guerre ou une catastrophe naturelle venait à entraver l’accès des Suisses à de la nourriture. Depuis le départ, l’approvisionnement économique du pays (AEP), l’autorité en charge de la gestion du stockage obligatoire d’aliments et de fourrages en Suisse, inclut dans ses réserves le café. Mais la Suisse a décidé de faire l’impasse. Et ce pour une simple et bonne raison.

Presque pas de calories

« La National Economic Supply a vérifié le maintien du stockage obligatoire du café, peut-on lire dans un communiqué. Le café n’est plus un bien vital selon les critères qui s’appliquent aujourd’hui. Autrement dit, le café ne contient presque pas de calories et ne contribue donc pas à l’apport nutritionnel requis ». Les Suisses possèdent actuellement trois mois de stocks de café non torréfiés d’avance. Cela représente environ 15 300 tonnes détenues par 15 entreprises. Il sera donc inutile d’en rajouter.

Outre le faible apport calorique, l’AEP considère comme « faible » le risque de voir l’approvisionnement en café entravé. Les plantations de caféiers se trouvent en effet sur trois continents, et la récolte est possible tout au long de l’année. Pour toutes ces raisons, le fait de stocker du café pour les “coups durs” n’a tout simplement plus raison d’être. Différents groupes d’intérêts sont actuellement consultés avant acceptation définitive de la démarche. Une décision finale devrait être prise le 1er décembre prochain, a expliqué Evelyn Kobelt, porte-parole du Département fédéral de l’Économie.

café
Crédits : Pixabay

Cependant, notons tout de même que tout le monde n’est pas en accord avec la décision, relève The Gardian. Réserve suisse, l’organisation bernoise qui supervise les stocks de produits alimentaires suisses, a notamment signalé que sur les 15 entreprises disposant de stocks de café obligatoires, 12 veulent continuer la démarche, en partie parce que le système contribue à renforcer la chaîne d’approvisionnement.

Selon l’Organisation internationale du café, les 8,5 millions d’habitants de la Suisse consomment environ 9 kg de café par personne et par an, dépassant ainsi largement les Français. Si près de 90 % de la population française boit effectivement le précieux breuvage, nous ne consommons dans l’hexagone que 5,8 kilos de café en moyenne chaque année par personne.

Source

Articles liés :

60 % des variétés de café font face à un risque d’extinction

Le café en capsules est-il dangereux pour notre santé ?

Amateurs de café, nous avons une mauvaise nouvelle pour vous

Notez cet article