in ,

Découverte d’une baleine préhistorique à quatre pattes

Illustration de deux Peregocetus, l'un se tenant le long de la côte rocheuse du Pérou, l'autre s'attaquant à un poisson sparidien. Crédits : A. Gennar

Une équipe de chercheurs annonce la découverte d’un fossile de baleine préhistorique au large du Pérou. L’animal était doté de quatre pattes et d’une longue queue rappelant celle des loutres. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Current Biology.

L’évolution des cétacés est étonnante, allant à contre-pied de celle de la plupart des autres êtres vivants. Beaucoup ont en effet évolué de la mer vers la terre pour y rester. Les premières baleines, elles, sont retournées en mer il y a environ 50 millions d’années. Leur dernier ancêtre terrestre est une espèce baptisée Pakicetus, confinée en Asie (Pakistan, Inde). Pourtant, une équipe de paléontologues explique aujourd’hui avoir découvert le fossile d’une espèce quadrupède sur la côte péruvienne. Une découverte étonnante qui suggère que ces anciens cétacés ont réussi à traverser l’Atlantique pour venir s’installer en Amérique du Sud.

Plus à l’aise dans l’eau

La créature, qui vient d’être nommée Peregocetus pacificus (baleine voyageuse qui a atteint le Pacifique), évoluait il y a environ 43 millions d’années. Physiquement, imaginez une gigantesque loutre avec le museau très allongé et rempli de dents. L’animal avait, en plus de ses quatre pattes, de petits sabots formés au bout des doigts, une longue queue et des appendices palmés. L’analyse de sa morphologie indique que l’ancienne baleine pouvait probablement marcher sur la terre ferme, tout en étant capable de s’aventurer au large.

« Il a probablement passé la majeure partie de son temps dans l’eau, en particulier pour se nourrir, car il était certainement meilleur pour la natation que pour la marche, explique Olivier Lambert de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Il revenait probablement sur la terre ferme pour se reposer, peut-être pour se reproduire (et mettre bas ?) et pour d’autres interactions sociales ».

baleines
Quelques os de Peregocetus retrouvés, dont une mandibule, quelques vertèbres, une partie du sternum, du bassin et des membres. Crédits : G. Bianucci

Vers le Nouveau Monde par l’Atlantique

Les chercheurs suggèrent que Peregocetus est arrivé au Pérou en traversant l’Atlantique Sud. La distance, notons-le, était à l’époque deux fois plus courte qu’aujourd’hui en raison des déplacements des continents. Jonathan Geisler, expert en histoire de l’évolution des mammifères à l’Institut de technologie de New York, s’est de son côté dit très « surpris » par la découverte. Ce dernier s’interroge en effet sur les véritables voies empruntées par les premières baleines pour se disperser. « Ont-elles été confinées aux eaux côtières ou pouvaient-elles traverser des bassins océaniques ? ».

Les chercheurs envisagent maintenant de poursuivre leurs recherches sur les côtes péruviennes, en espérant que des cétacés plus anciens pourraient être découverts à l’avenir. De quoi espérer une meilleure compréhension de l’évolution et la dispersion des baleines à travers le monde.

Source

Articles liés :

Les baleines empruntent les mêmes routes migratoires depuis 270 000 ans

Les baleines à bosse s’échangent parfois des compositions musicales

Cet ancêtre des baleines vous aurait déchiré en lambeaux

Notez cet article