in

Le réchauffement climatique pourrait gêner le développement du cœur des bébés

Crédits : iStock

Une récente étude suggère qu’à partir de 2025, le réchauffement climatique pourrait entraîner davantage de malformations congénitales aux États-Unis.

Grossesse et chaleurs extrêmes ne font pas bon ménage. Exposées à des températures très trop élevées, les futures mamans ont plus de chances de mettre au monde leur bébé avant le terme. Nous savons aussi que les nourrissons peuvent naître plus petits que prévu, ou avoir un poids insuffisant. Mais ce ne sont pas les seuls risques. À l’avenir, à mesure que les températures se réchaufferont davantage, un plus grand nombre de bébés pourraient naître avec une malformation cardiaque congénitale. C’est du moins ce que projette une étude publiée dans le journal de l’American Heart Association.

Projection jusqu’en 2035

Les résultats ne se basent ici que sur des données enregistrées aux États-Unis, mais nous savons que le réchauffement climatique touchera l’ensemble de la planète. Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont dans un premier temps pris connaissance du nombre de malformations cardiaques congénitales enregistrées aux États-Unis entre 1995 et 2005. Ils ont ensuite pu faire une projection du nombre de ces malformations jusqu’en 2035. Les scientifiques ont ensuite croisé ces données avec des projections de température relatives au changement climatique, recueillies par la NASA.

Munis de ces informations, les chercheurs ont alors estimé que le réchauffement climatique pourrait entraîner jusqu’à 7 000 nouveaux cas de malformations cardiaques congénitales aux États-Unis entre 2025 et 2035. Le Midwest sera visiblement le plus touché, suivi des régions du sud et du nord-est du pays.

foetus échographie bébé
Selon une étude, le réchauffement climatique entraînera une augmentation des taux d’anomalies congénitales. Crédits : iStock

Prendre davantage de précautions

Et c’est un problème à prendre à bras le corps. Les malformations cardiaques congénitales peuvent en effet nuire à la santé globale du bébé et affecter son développement. On ignore encore précisément comment ces anomalies (trou dans le cœur ou des valves qui fuient) surviennent au cours de la formation de l’organe, mais les chercheurs soupçonnent que la chaleur pourrait favoriser la mort de certaines cellules fœtales, entravant le rôle de protéines impliquées dans le développement du bébé.

Si ces résultats sont pour l’heure préliminaires, ils mettent néanmoins en évidence « l’impact alarmant du changement climatique sur la santé humaine, et soulignent la nécessité d’être préparé à l’avenir pour faire face à une maladie complexe qui nécessite souvent des soins et un suivi à vie », note la docteure Shao Lin, de l’école de santé publique de l’Université d’Albany et principale auteure de l’étude.

Si nous savons aujourd’hui que les futures mamans doivent éviter de s’exposer à une chaleur trop intense, il faudra donc sans aucun doute prendre davantage de précautions à l’avenir, en particulier entre trois à huit semaines après la conception.

Source

Articles liés :

En donnant des coups, les bébés prennent conscience de leur corps

Les bébés nés de pères plus âgés ont plus de problèmes de santé

Les bébés humains rient comme les chimpanzés

Notez cet article