in

Et si l’intelligence artificielle battait l’humain au Jenga ?

Crédits : capture Youtube / MIT Mechanical Engineering

Ces dernières années, l’IA est déjà venue à bout de l’Homme au jeu de go ainsi qu’aux échecs. Des chercheurs américains entraînent leur IA à exceller au Jenga, un jeu de société mêlant adresse et réflexion.

Qu’est-ce que le Jenga ?

Existant depuis 1983, le jeu de société Jenga demande adresse, patience et réflexion. Il s’agit de retirer une à une les lamelles en bois d’une tour pour les replacer au sommet. Le but ? Ne pas être le joueur retirant la pièce faisant s’effondrer l’édifice. Dans un communiqué publié le 30 janvier 2019, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) décrivent leur bras robotique spécialement conçu pour jouer au Jenga.

Une IA encore un peu tendre

Baptisé ABB IRB 120, ce bras robotique composé d’une caméra, d’un poignet à détection et d’une pince souple s’entraîne donc au Jenga pour devenir imbattable. Selon les chercheurs, le robot serait déjà fin tacticien en ce qui concerne la façon de retirer les pièces. En effet, ce dernier essaie tout d’abord de pousser légèrement la pièce visée afin de tester la stabilité de la tour. Cela lui permet d’affirmer son coup ou de changer de pièce à retirer. Par ailleurs, le choix du jeu n’a pas été fait par hasard car outre la réflexion, le jeu de Jenga demande effectivement une certaine minutie.

La vidéo publiée par les chercheurs (visible en fin d’article) montre à quel point le « doigté » du bras robotique est intéressant. En revanche, celui-ci serait encore un peu trop novice pour affronter un joueur expérimenté, qui ruserait pour vaincre la machine. Chaque personne ayant déjà joué au Jenga sait qu’il est possible de « saboter » la tour grâce au retrait de certaines pièces stratégiques mettant l’adversaire en grande difficulté au tour suivant, ce que la machine n’est pas encore capable de faire.

Crédits : Capture YouTube/MIT Mechanical Engineering

L’humain déjà battu à d’autres jeux de réflexion

En 1997, le superordinateur Deep Blue d’IBM battait aux échecs le champion du monde russe de l’époque, Garry Kasparov. Au jeu de go – un jeu réputé plus compliqué que les échecs – l’IA AlphaGo mise au point par DeepMind battait en 2017 pour la seconde fois le chinois Ke Jie, meilleur joueur du monde.

L’IA continue cependant de progresser. AlphaZero, une version généraliste d’AlphaGo adaptée pour le jeu d’échecs a également fait parler d’elle en 2017. Celle-ci s’était frottée à Stockfish, un programme d’échecs open source considéré comme le plus puissant au monde dans sa catégorie. Pas moins d’une centaine de parties ont été disputées : 28 victoires pour AlphaZero et 72 matchs nuls. Avant l’expérience, seulement quatre heures avaient suffi à l’IA pour assimiler l’intégralité des connaissances concernant le jeu d’échecs !

Comme dit plus haut, le jeu de Jenga n’est pas seulement basé sur les capacités cognitives comme c’est le cas des échecs et du jeu de go. En revanche, lorsque l’IA aura appris à ruser pour viser le retrait de pièces stratégiques, le meilleur joueur du monde pourra commencer à se faire du souci !

Sources : L’Usine NouvelleSiècle Digital

Articles liés :

Après le jeu de go, l’intelligence artificielle s’attaque au poker

Microsoft travaille sur l’intelligence artificielle par le biais du jeu Minecraft

Une IA va tenter de battre une équipe des meilleurs joueurs humains sur les jeux vidéo

Notez cet article