in

Et si les lacs arrêtaient de geler en hiver à cause du réchauffement climatique ?

Crédits : Wikimedia Commons

Il faut savoir que la moitié des lacs présents à la surface du globe gèlent durant l’hiver. Cette période bénéfique pour les écosystèmes et l’économie locale pourrait malheureusement être mise à mal par le réchauffement climatique.

Un gel intermittent déjà fréquent en hiver

De tailles diverses, les lacs présents sur Terre se comptent au nombre de 117 millions ! Or, plus de la moitié gèle durant l’hiver, et la glace forme alors une couche protectrice permettant de maintenir l’eau suffisamment froide, empêchant donc son évaporation. Les écosystèmes sont dépendants de cette période de gel, citons par exemple la prolifération des algues ou encore les épisodes de reproduction concernant la faune aquatique. Malheureusement, de nombreux lacs seraient sous la menace d’un dégel hivernal récurrent, selon une étude dirigée par la docteure Sapna Sharma de la York University (Canada) et publiée dans la revue Nature Climate Change le 28 janvier 2019.

L’étude a pris en compte un échantillon de 513 lacs présents dans l’hémisphère Nord et a intégré des caractéristiques telles que l’altitude, la couverture neigeuse, la profondeur, le vent ainsi que les précipitations. Selon les estimations, 14 800 lacs subissent d’ores et déjà un gel intermittent en hiver, un nombre qui pourrait atteindre 35 300 dans le cas d’une hausse des températures à 2 °C. La projection inclut également une hausse des températures de 8 °C et dans ce cas, 230 400 lacs seraient touchés. Au fur et à mesure, de nombreux lacs pourraient ne plus geler durant la saison hivernale !

Crédits : Nature Climate Change

Environ un demi-milliard de terriens pourraient être impactés

Qu’il s’agisse de pêche, de traditions, de loisirs ou encore de transports, les lacs ont une importance cruciale pour les êtres humains. Or, le problème du gel hivernal des lacs pourrait impacter entre 394 et 656 millions de personnes dans plus d’une cinquantaine de pays ! Et lorsque l’on sait que le changement climatique acidifie également les lacs (et les rivières), il existe assez peu de place à l’optimisme.

Cet impact se situe en revanche à différents niveaux d’importance. Par exemple, s’il n’est question que d’une – certes très populaire – compétition de pêche annuelle en Finlande, la pêche sous glace est plus vitale dans un pays comme l’Estonie. En effet, 40 % des prises annuelles de poisson dans le lac Peïpous proviennent de ce style de pêche ! La situation au Canada est également très préoccupante, car il est question de la réduction des voies d’accès pour certaines communautés isolées ayant l’habitude de se déplacer sur la glace.

Sources : The Globe And MailFutura Sciences

Articles liés :

Comment expliquer ces étranges sons émis par les lacs gelés ?

La glace du Groenland fond quatre fois plus rapidement qu’en 2003

États-Unis : un énorme disque de glace s’est formé dans une rivière !

Et si les lacs arrêtaient de geler en hiver à cause du réchauffement climatique ?
Notez cette actu