in

Une preuve supplémentaire que les corbeaux sont (très) intelligents

Crédits : Pixabay

Estimer le poids d’un objet par la manière dont il se déplace, les humains en sont capables. Mais nous ne sommes pas seuls. Les corbeaux calédoniens viennent de démontrer qu’ils pouvaient également estimer avec précision le poids d’un objet en fonction de la façon dont il se déplace dans l’air.

« Si nous voyons une boîte en carton soulevée dans la rue par une brise, et une autre qui reste immobile malgré les vents violents, nous pouvons en déduire quelle boîte est lourde et laquelle est légère, écrivent les chercheurs dans cette étude publiée dans les Actes de la Royal Society B. Cette capacité à tirer des conclusions sur les propriétés d’un objet par l’observation, plutôt que par la manipulation directe, est très utile dans un large éventail de contextes ». Ce constat nous semble évident, à nous humains, toutefois des expériences précédentes menées avec des animaux non humains (chimpanzés), ont montré que ces derniers en étaient incapables. Mais qu’en est-il des corbeaux ?

D’incroyables capacités cognitives

Nous savons ces oiseaux très habiles pour manipuler des outils dans le but de résoudre des problèmes (se nourrir, par exemple). De récentes expériences ont également démontré un comportement plus complexe encore, jusqu’alors uniquement observé chez les humains et certains autres primates. Ces oiseaux sont effectivement capables de créer des outils à partir de plusieurs composants. Une capacité que les enfants humains acquièrent vers l’âge de cinq ans. Besoin d’une preuve supplémentaire ? Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, de l’Université d’Auckland en Nouvelle-Zélande et de l’Institut Max Planck en Allemagne, ces oiseaux peuvent également estimer le poids d’un objet par l’observation.

corbeaux
Futés ces corbeaux. Crédits : Pixabay

Cette nouvelle expérience impliquait 12 corbeaux divisés en deux groupes. Chaque groupe avait été formé à la manipulation d’un objet pour obtenir une friandise. Pour le premier groupe, le fait de laisser tomber un objet lourd dans un tube permettait d’accéder à une friandise dans une boîte ouverte à distance par un humain, contrairement aux objets légers. Pour le second groupe, c’était l’inverse. Laisser tomber l’objet léger permettait cette fois d’accéder à la friandise.

La seconde étape consistait à présenter aux oiseaux des objets lourds et légers qu’ils n’avaient pas vus auparavant suspendus devant un ventilateur. Les oiseaux devaient alors observer les objets dans deux conditions : avec le ventilateur allumé, dans lequel l’objet le plus léger était soufflé, et avec le ventilateur éteint, dans lequel les deux objets restaient immobiles. Les oiseaux ont effectué ces observations pendant trois jours, à quelques heures d’intervalle.

73 % de réussite au test

Vint finalement l’heure du test. L’idée consistait d’abord à vérifier si oui ou non les corbeaux se souvenaient qu’ils devaient mettre les objets lourds ou légers dans le tube pour obtenir la friandise. Tous ont passé ce test avec brio. Les chercheurs ont ensuite installé le ventilateur. Les objets lourds restaient immobiles, et les plus légers virevoltaient. Et qu’il s’agisse du premier ou du second groupe (les premiers devaient se concentrer sur les objets lourds et le second sur les légers), les résultats ont été très concluants.

« Bien qu’ils n’aient aucune possibilité de manipuler ces objets avant le test, notent les chercheurs, les oiseaux ont touché le bon objet (léger ou lourd) dans 73 % des essais expérimentaux. Nos résultats suggèrent que les oiseaux ont utilisé des connaissances préexistantes sur le comportement présenté par des objets de poids différents dans le vent pour déduire leur poids, en utilisant cette information pour guider leurs choix ». Futés, ces corbeaux.

Source

Articles liés :

Les corbeaux, ces nouveaux collecteurs de déchets dépolluent le parc du Puy du Fou

Pourquoi certains corbeaux copulent-ils avec des cadavres ?

Comme les humains, les corbeaux sont capables d’anticiper le futur

Une preuve supplémentaire que les corbeaux sont (très) intelligents
noté 4.7 - 3 votes