in

Un nouveau glucide complexe découvert, le premier en 30 ans

L'orge, l'une des plus anciennes céréales cultivées. Crédits : Pixabay

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié un nouveau type de glucides complexes dans l’orge. C’est le premier du genre à être découvert depuis plus de 30 ans. Un nouveau composé qui pourrait avoir des applications potentielles dans le domaine biomédical ou cosmétique.

Le nouveau composé – identifié sur les parois des cellules végétales de l’orge – est un type de polysaccharide. Il s’agit d’un glucide composé de chaînes de différentes molécules de sucres simples. Composé glucose et de xylose et présent dans les embryons de la plupart des plantes comestibles, sa découverte laisse entrevoir de nombreuses applications potentielles. Les détails de cette étude sont publiés dans la revue ACS Central Science.

Un intérêt pour de nombreuses industries

« La connaissance de ce nouveau polysaccharide ouvrira de nouvelles recherches pour déterminer son rôle dans la plante, explique Alan Little, de l’Université d’Adélaïde (Australie) et principal auteur de l’étude. Nous savons qu’il peut être trouvé dans les racines de l’orge, ce qui suggère qu’il peut jouer un rôle dans la croissance des plantes ou dans la résistance aux stress externes tels que la salinité ou les maladies. Les parois des cellules végétales, poursuit-il, contiennent également des composants qui présentent un intérêt majeur pour de nombreuses industries telles que les sources d’énergies renouvelables pour la production d’énergie, les matériaux composites ou les produits alimentaires ».

Orge
Un nouveau glucide complexe découvert dans l’orge, le premier en 30 ans. Crédits : Pixabay

Des recherches seront nécessaires pour comprendre pleinement ce nouveau glucide. Une fois appréhendé, « ses propriétés pourraient alors être manipulées pour s’adapter à la fonction souhaitée, augmentant ainsi la gamme d’utilisations potentielles », poursuit le chercheur, qui note que les gènes impliqués dans la biosynthèse du nouveau polysaccharide ont également été identifiés.

Bonne nouvelle, « les mêmes gènes se retrouvent dans toutes les principales cultures céréalières – pas seulement dans l’orge, dit-il. Nous pouvons maintenant utiliser ces connaissances pour trouver des moyens d’augmenter le nombre de ces polysaccharides dans les cultures. Nous pourrions alors générer du matériel végétal présentant une gamme de propriétés physiques potentiellement différentes pour des applications industrielles ».

Ainsi l’orge, qui fait partie des plus anciennes céréales cultivées, mais aussi le blé, le riz ou encore le maïs, cultivées pour leurs avantages diététiques et leurs applications dans l’industrie, auraient encore des secrets à nous livrer.  Merci la génomique !

Source

Articles liés :

La viande cultivée en laboratoire bientôt disponible à la consommation aux États-Unis

En quoi les Rice Krispies peuvent-ils servir à la Science ?

L’Homme et la bière, c’est pas moins de 13 000 ans d’Histoire

Un nouveau glucide complexe découvert, le premier en 30 ans
Notez cette actu