in ,

Suède : pour sa survie, cette ville va être déplacée de quelques kilomètres !

Crédits : Wikipedia Commons

Située dans l’extrême nord du territoire suédois, la ville de Kiruna est en grande partie en cours de déménagement. Il est question de l’exploitation massive des ressources que contiennent les sous-sols, causant des effondrements par endroit.

Un choix unique

La municipalité de Kiruna (Laponie suédoise) étudie depuis longtemps la possibilité de déplacer la ville – fondée en 1900 – quelques kilomètres plus loin, une décision finalement adoptée en 2009. Les premiers résultats de ce déplacement sont d’ores et déjà visibles avec la construction de la nouvelle mairie. Devraient suivre d’autres infrastructures telles que la gare, l’église ainsi que des dizaines de maisons et commerces.

Les 20 000 habitants de cette ville située à 145 km au nord du cercle polaire sont confrontés depuis des années à un problème majeur : la partie ouest de la cité se trouve à proximité d’un énorme cratère. Celui-ci est lié aux activités minières (minerai de fer). Ainsi, les risques d’accidents – plus précisément d’effondrement – impliquant des humains devenaient plus importants d’année en année.

Le déplacement de la ville est devenu une nécessité, car sans cet immense chantier, la compagnie minière LKAB – contrôlée par l’État depuis 1976 – n’aurait pas pu continuer ses activités. Par ailleurs, un programme a été instauré afin de permettre aux salariés de la mine et autres habitants d’être relogés ailleurs gratuitement.

Les activités minières mettaient en péril l’intégrité de la ville dont la partie exposée (en rouge) fait l’objet d’un déplacement. Crédits : Wikipedia Commons

L’impact des sociétés humaines

La ville de Kiruna est devenue un symbole. L’immense chantier de déplacement la concernant montre encore une fois l’impact néfaste des activités humaines. Si cette histoire trouve une issue plus ou moins heureuse, il faut savoir que ce n’est évidemment pas le cas partout. Les activités humaines ont en effet des conséquences multiples, dont la liste serait trop longue à détailler dans cet article.

À titre d’exemple, rappelons le fait qu’environ 83 % de la population mondiale ne voit plus les étoiles. Il ne s’agit pas d’un phénomène naturel, mais bien d’une conséquence des activités humaines. En cause, la pollution lumineuse nocturne qui a également des effets négatifs sur la migration des oiseaux, l’activité des pollinisateurs nocturnes tels que les chauves-souris, ou encore les écosystèmes marins.

Source

Articles liés :

Comment se préparer à l’effondrement de la civilisation ?

Le rectum de surfeurs étudié pour mesurer l’impact de la pollution marine sur la santé

L’inégalité entre pays riches et pays pauvres devrait s’accentuer face au changement climatique

Suède : pour sa survie, cette ville va être déplacée de quelques kilomètres !
Notez cette actu