in

La graisse du ventre associée à une diminution troublante du volume du cerveau

Crédits : iStock

Une récente étude publiée dans la revue Neurology suggère qu’un indice de masse corporelle (IMC) élevé, et plus précisément une présence excessive de graisse au niveau des hanches, pourrait entraîner un rétrécissement du cerveau.

Trop de graisses, plus petit cerveau ?

L’IMC, c’est le rapport entre votre poids et votre taille. Pour l’obtenir, vous devez diviser votre poids par le carré de votre taille. Si vous avez alors un IMC supérieur à 30, vous être considéré comme obèse. Le rapport taille/hanche, lui, est déterminé en divisant le tour de votre taille par votre tour de hanches. Vous devriez alors songer à perdre du ventre si vous obtenez, pour les hommes un score de 0,90, et pour les femmes un score de 0,85. Nous savons l’obésité liée à une foule de problèmes de santé (maladies cardiovasculaires, diabète, cancers, entre autres). Mais le fait d’avoir trop de graisses peut-il entraîner des changements au niveau cérébral ? Une récente étude constate que c’est effectivement le cas.

« Des recherches existantes ont lié le rétrécissement du cerveau au déclin de la mémoire et à un risque plus élevé de démence, mais les recherches visant à déterminer si un excès de graisse corporelle protège ou nuit à la taille du cerveau n’ont pas été concluantes », explique Mark Hamer, de l’Université de Loughborough en Angleterre et principal auteur de l’étude. D’où la motivation des chercheurs, qui ont donc tenté de comprendre si un véritable lien pouvait être établi.

obésité surpoids graisse
Être obèse peut-il entraîner une réduction du volume cérébral ? Crédits : iStock

Quelques centimètres cubes en moins

Pour ce faire, les chercheurs ont comparé, grâce à des examens IRM, les mesures de l’indice de masse corporelle (IMC) et les ratios taille/hanche au volume de matière grise contenu dans le cerveau de près de 10 000 participants âgés de 40 à près de 70 ans. Un peu moins d’un participant sur cinq était obèse. Les chercheurs ont ensuite pris en compte d’autres facteurs susceptibles de produire des différences de volume cérébral (âge, tabagisme ou manque d’exercices physiques). Il en est alors ressorti qu’un indice de masse corporelle trop élevé impliquait une légère diminution du volume de matière grise des participants concernés. Et ce lien paraissait encore plus prononcé lorsque le ratio taille/hanches était élevé.

Ces personnes (1 300 individus) présentaient un volume de matière grise de seulement 786 centimètres cubes en moyenne, contre 793 centimètres cubes pour les personnes présentant un IMC élevé et un rapport taille/hanches “sain”. Le volume de matière grise était en revanche de 798 centimètres cubes en moyenne pour les individus dont l’IMC et le rapport taille/hanche étaient “sains”. Il y a donc un lien, mais ce n’est pour l’heure qu’un lien établi. D’autres recherches devront à l’avenir être menées dans le but d’examiner de plus près ces relations entre obésité et capacités cérébrales.

Source

Articles liés :

Cette molécule semble permettre de perdre la graisse abdominale

Notre Galaxie est pleine de “graisse”, révèlent des chercheurs

Non, avoir un peu de graisse supplémentaire ne vous fera pas vivre plus longtemps

La graisse du ventre associée à une diminution troublante du volume du cerveau
noté 1.5 - 2 votes